Clôture de l'Assemblée mondiale de la santé : les priorités européennes sont inscrites au programme d'action

WHO/Christopher Black

Des délégués s'entretiennent avec le docteur Margaret Chan, directeur général de l'OMS. Photo: OMS/Christopher Black

La Soixante-quatrième Assemblée mondiale de la santé s'est clôturée mardi, après 8 jours de travail intensif qui ont abouti à 28 résolutions sur des questions de santé mondiale, la majorité constituant d'ailleurs une priorité importante pour la Région européenne.

Points saillants pour la Région européenne de l'OMS

  • Le docteur Christos Patsalides, ministre chypriote de la Santé, a été nommé président de la Soixante-quatrième Assemblée mondiale de la santé.
  • Le professeur Ferruccio Fazio, ministre italien de la Santé, a signé un accord avec Mme Zsuzsanna Jakab, directrice de l'OMS pour l'Europe, portant sur la mise en place d'un projet de trois ans sur les aspects de la migration en rapport avec la santé publique.
  • Des délégués des pays européens ont pris la parole en séance plénière. Ils ont promis de soutenir l'engagement du directeur général à accorder la priorité aux personnes, et remercié Mme Jakab pour l'orientation positive des activités de l'OMS/Europe.
  • Lors de son discours en séance plénière, la Hongrie, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l'Union européenne, s'est félicitée de l'attention croissante accordée au niveau mondial aux maladies non transmissibles.
  • Des délégués de la Fédération de Russie, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la République de Moldova, de l'Ouzbékistan, du Turkménistan et de l'Ukraine ont informé leurs collègues sur leurs interventions de lutte contre la flambée épidémique de poliomyélite dans la Région.
  • Le docteur Eva Siracká, présidente de la Ligue slovaque contre le cancer, a reçu le vingt-septième prix Sasakawa pour la santé pour ses activités innovatrices dans le domaine des soins de santé primaires.

Le travail de fond de l’Assemblée de la santé a commencé par la présentation d'un rapport du Comité d’examen : si le Règlement sanitaire international avait aidé à préparer le monde à faire face à la grippe pandémique H1N1 2009, les urgences de santé publique devaient néanmoins être mieux gérées au niveau mondial. En outre, le Comité a déclaré que la grippe pandémique était véritablement une pandémie et, qu'au terme d'une année de recherche à ce sujet, aucun élément ne permettait de dire que les décisions de l’OMS avaient été influencées par l’industrie pharmaceutique.

Préparation à la pandémie de grippe

L'Assemblée mondiale de la santé a approuvé un cadre pour la préparation en cas de pandémie de grippe, aboutissement de quatre ans de négociations entre les États membres de l’OMS. Le cadre améliorera l’échange d'outils et de connaissances sur le virus grippal, accroîtra l’accès aux vaccins et apportera d'autres avantages. La prochaine phase consistera à veiller à l'application de l'accord.

Plus de 2700 délégués, dont des ministres de la Santé et des hauts responsables de la santé de 192 États membres de l'OMS (y compris les 53 pays de la Région européenne), ont assisté à l'Assemblée de la santé. Des organisations non gouvernementales, des groupes de la société civile et d'autres observateurs y ont également participé. Le docteur Margaret Chan, directeur général de l'OMS, Mme Sheikh Hasina, première ministre du Bangladesh, et M. Bill Gates, coprésident de la Fondation Bill & Melinda Gates, ont prononcé un discours d'ouverture.

Réforme et finance de l'OMS

Les délégués ont examiné et adopté le budget-programme pour 2012-2013, d'un montant de 3,959 milliards d'USD. Il est considéré comme un budget de transition devant aider l’Organisation à faire face à l’austérité financière et à se préparer à une série de réformes. Le docteur Chan a déclaré aux délégués : « Le message le plus important pour moi c’est le consensus clair qui se dégage dans cette Assemblée au sujet de la nécessité des réformes et votre désir évident de voir ces réformes renforcer la position de l’OMS comme l’autorité suprême en matière de santé au niveau international ».

Une nouvelle stratégie de lutte contre le VIH

Une nouvelle stratégie complète de lutte contre le VIH a été adoptée. la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015 guidera l’action de l’OMS et des pays du monde entier. Au moins 4,2 millions de nouvelles infections à VIH seront évitées et au moins 2 millions de vies pourront être sauvées si les recommandations de l'OMS sont mises en œuvre.  En outre, le projet de plan d'action européen en matière de VIH/sida a été présenté aux délégués, et sera soumis pour adoption par le Comité régional de l'OMS pour l'Europe en septembre.

Les maladies non transmissibles

Les délégués et les partenaires de la santé mondiale se sont penchés sur les maladies non transmissibles telles que le diabète, les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, les cancers et les maladies respiratoires chroniques. Ces maladies représentent aujourd’hui l’un des principaux défis pour la santé et le développement et contribuent à plus de 60 % de la mortalité mondiale. Les délégués ont instamment invité les chefs d’État et de gouvernement à assister à la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles qui doit se tenir en septembre à New York.

Protéger la santé face au changement climatique

Les États membres se sont félicités de la priorité accordée par l’OMS à la protection de la santé face au changement climatique, et ont renforcé leur propre engagement en évoquant de nouvelles initiatives, qu’il s’agisse de réunions ministérielles régionales ou de projets à mettre en œuvre.

Médias sociaux

Pour la première fois, Twitter a été largement utilisé lors de l'Assemblée mondiale de la santé. Les tweets de l'OMS, sur des sujets allant du programme de réforme de l'Organisation à la préparation à la grippe pandémique, ont été consultés par un nombre largement supérieur à 3 millions de personnes. L'OMS a publié tous les jours des photos sur ses pages Facebook. L'OMS/Europe a aussi contribué sur son canal Twitter.

L'Assemblée mondiale de la santé

L’Assemblée mondiale de la santé, qui se tient chaque année à Genève, est l’organe décideur de l’OMS. Elle est suivie par les délégations de tous les États membres de l’OMS et met l’accent sur un programme de santé spécifique établi par le Conseil exécutif de l'OMS. Les principales fonctions de l’Assemblée mondiale de la santé consistent à déterminer les politiques de l’Organisation, à nommer le directeur général tous les cinq ans, à superviser les politiques financières et à examiner et approuver le projet de budget-programme.