Clôture de l'Assemblée mondiale de la santé : adoption de 21 résolutions pendant la semaine

WHO/Pierre Albouy

La Soixante-cinquième Assemblée mondiale de la santé s'est achevée le 26 mai après avoir adopté 21 résolutions sur tout un ensemble de thématiques relatives à la santé telles que : les mariages et les grossesses précoces, les crises humanitaires, le Règlement sanitaire international, les rassemblements de masse, les objectifs du Millénaire pour le développement, les maladies non transmissibles, le territoire palestinien occupé, la préparation à la pandémie de grippe, l'intensification de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, la recherche-développement, la schistosomiase, les déterminants sociaux de la santé et les produits médicaux de qualité inférieure/faux/faussement étiquetés/falsifiés/contrefaits.

Près de 3000 délégués, dont des ministres de la Santé et des hauts responsables de la santé des 194 États membres de l'OMS ainsi que des représentants d'organisations de la société civile et d'autres parties prenantes, ont participé aux six journées de débats.

Financement de la recherche-développement

L'Assemblée de la santé a adopté à l'unanimité la résolution relative au Groupe de travail consultatif d'experts sur le financement et la coordination de la recherche-développement sous la forme présentée par le groupe de rédaction.

Rassemblements mondiaux de masse

La commission A a examiné et approuvé le rapport du secrétariat intitulé « Rassemblements mondiaux de masse : répercussions et opportunités pour la sécurité sanitaire mondiale ». Les discussions ont été menées par les délégués de pays qui ont accueilli dernièrement de tels rassemblements ou qui en accueillent régulièrement. La commission a convenu de la nécessité, pour les pays, de procéder à un échange de données d'expérience afin de garantir une préparation et une gestion adéquates de ces manifestations.

Réforme de l’OMS

La commission A a approuvé la décision relative à la réforme de l'OMS. Les États membres ont salué les réformes programmatiques et souligné la nécessité d’inclure les déterminants de la santé et l’équité dans le douzième Programme général de travail et le projet de budget programme.

Concernant les réformes de la gouvernance, les États membres ont décidé de maintenir le calendrier actuel des réunions des organes directeurs, sous réserve que la question soit reconsidérée par le Conseil exécutif en janvier 2013. Ils ont également :

  • prié le secrétariat de présenter une étude de faisabilité quant à la possibilité de déplacer l’exercice financier ;
  • approuvé les propositions visant à renforcer l’alignement entre les réunions des comités régionaux et les sessions du Conseil exécutif, à accroître l’harmonisation entre les comités régionaux et à rationaliser la prise de décisions au sein des organes directeurs ;
  • prié le directeur général de proposer des options concernant les changements possibles à apporter aux règlements intérieurs pour limiter le nombre de points d’ordre du jour et de résolutions dont sont saisis les organes directeurs ;
  • demandé des projets de documents de politique générale sur l’engagement de l’OMS auprès des organisations non gouvernementales et ses relations avec les entités commerciales privées, ainsi qu’un rapport sur les modalités d’hébergement à l’OMS des partenariats pour la santé et des propositions visant à harmoniser les travaux avec les partenariats hébergés.

Les États membres ont pris acte des progrès accomplis dans de nombreux domaines de la réforme de la gestion, notamment la création d'un bureau de l'éthique. Ils ont prié le directeur général de poursuivre la mise au point de propositions visant à accroître la transparence, la prévisibilité et la flexibilité du financement de l’OMS. Il ont aussi demandé qu'un cadre soit formulé pour procéder au suivi des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la réforme de l'OMS.

Mariages et grossesses précoces

De nombreux pays ont exprimé un soutien ferme à un rapport analysant les liens existant entre les mariages et grossesses précoces ainsi que les progrès accomplis en vue de réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement en rapport avec la santé. On a convenu d'adapter les conclusions du rapport aux contextes nationaux et régionaux.

Partenariats et collaboration

La commission B (couvrant les questions financières et de gestion) a approuvé un accord entre l'Union africaine et l'OMS. Elle a également salué un rapport sur la collaboration au sein du système des Nations Unies et avec d'autres organisations intergouvernementales. Les pays ont souligné l'importance de collaborer avec le Cadre des Nations Unies pour l’aide au développement et les fonds d'affectation spéciale multidonateurs au niveau des pays afin d'assurer l'utilisation efficace des ressources.

Les élections du directeur général

La commission B a approuvé un projet de résolution sur l'élection du directeur général de l'OMS, notamment le point essentiel selon lequel la représentation géographique équitable doit constituer une considération dominante dans le processus de nomination et de désignation.

Nutrition

La commission A a poursuivi l'examen d'un projet de plan complet d'application sur la nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant. Elle a convenu qu'une poursuite des consultations informelles avec les États membres était nécessaire.

Autres dossiers

La commission A a examiné et approuvé des résolutions sur les objectifs du Millénaire pour le développement et les déterminants sociaux de la santé.

Dans la commission B, toutes les délégations ont soutenu et réaffirmé le rôle de l'OMS en tant que chef de file du groupe de responsabilité sectorielle Santé pour l'aide humanitaire en cas de crise. Au terme d'un long débat sur les produits médicaux de qualité inférieure/faux/faussement étiquetés/falsifiés/contrefaits, la commission a soutenu l'adoption de la résolution sans modifications. Elle a également approuvé une résolution sur la schistosomiase, ou bilharziose, une maladie parasitaire causée par des trématodes.