Ouverture de la session du Comité régional ce lundi à Malte

Department of Information, Malta

Les ministres et représentants de 52 États membres de la Région européenne de l’OMS se réunissent à Malte du 10 au 13 septembre 2012 à l'occasion de la soixante-deuxième session du Comité régional de l’OMS pour l'Europe.

La session est retransmisse en direct sur l'Internet et couverte sur Twitter (#RC62Malta).

Conférence de presse

Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, et le docteur Joseph Cassar, ministre maltais de la Santé, des Personnes âgées et des Soins de proximité, se sont adressés aux médias maltais le vendredi 7 septembre, préalablement à la session du Comité régional. Mme Jakab a mis en évidence les principaux dossiers qui seront abordés lors de la session de cette année : le nouveau cadre politique européen de la santé, Santé 2020 ; la réforme de l'OMS et le budget programme mondial 2014-2015 ; un plan d'action pour vieillir en bonne santé en Europe 2012-2016 ; la stratégie de pays du Bureau régional ; ainsi qu'une nouvelle stratégie européenne relative aux bureaux géographiquement dispersés.

S'exprimant à propos d'une étude sur le manque d'équité en santé qui a contribué à l'élaboration de Santé 2020, Mme Jakab a déclaré : « Ses résultats préliminaires confirment une fois de plus que la pauvreté continue de présenter la plus grande menace pour la santé des populations et ce, indépendamment du niveau de développement des pays. Les inégalités de santé entre les pays de la Région comme au sein de chaque pays restent inacceptables, et sont d'ailleurs en hausse. »

Le docteur Cassar a fait remarquer que cette session du Comité régional de l'OMS attirera un très grand nombre de participants, à savoir des délégations de 52 des 53 États membres de la Région européenne de l'OMS, 27 ministres et vice-ministres ainsi que 300 délégués.

À propos de Santé 2020, a-t-il ajouté, « J'ai toujours affirmé que nous sommes en fait le ministère de la Santé, et non celui des Maladies, et que notre objectif doit inclure la prévention, le vieillissement en bonne santé et les affections non transmissibles, étant donné que ceux-ci font toute la différence dans la vie des populations. Nous sommes fiers d'être les hôtes de cette réunion à l'occasion de laquelle des documents aussi importants seront examinés. »

Signature de l'accord de collaboration biennal entre Malte et l'OMS/Europe

Faisant suite à de nombreuses années de collaboration fructueuse, Mme Jakab et le docteur Cassar ont signé, le 8 septembre 2012, l'accord de collaboration biennal (ACB) entre Malte et l'OMS/Europe pour 2012-2013.

Mme Jakab a déclaré, en expliquant sa vision plus large en matière de collaboration future avec les pays européens, « Je voudrais que les activités de collaboration menées avec les pays à l'avenir s'effectuent sur deux fronts : les ACB doivent être combinés à un accord sur la contribution apportée par un pays donné au développement de la santé sur le plan régional et mondial. »

L'ACB officialise la coopération entre le ministère maltais de la Santé, des Personnes âgées et des Soins de proximité et l'OMS/Europe dans les grands domaines du renforcement des systèmes de santé et de la santé publique ; des maladies non transmissibles ; de la promotion de la santé et des modes de vie sains ; et des maladies transmissibles, de la sécurité sanitaire et de l'environnement.

Concrètement, la collaboration entre l'OMS/Europe et Malte au cours des deux prochaines années portera notamment sur les activités suivantes :

  • évaluation de la performance du système de santé liée aux comptes nationaux de la santé ;
  • élaboration et approbation d'une politique nutritionnelle, une attention particulière étant accordée aux contextes ;
  • évaluation du Plan d’action sur la politique alimentaire et nutritionnelle pour Malte, et établissement d'un rapport à ce sujet ;
  • renforcement des capacités et assistance technique concernant l'utilisation de données d'enquête en vue d'élaborer des politiques fondées sur des bases factuelles conformément à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac ;
  • évaluation des inégalités nationales en matière d'environnement et de santé et renforcement des capacités pour y faire face.

Réunion de haut niveau avec plusieurs États membres

Préalablement à la session du Comité régional, des réunions ont été organisées entre l'OMS/Europe et des pays de la Communauté des États indépendants, la Géorgie et des États membres du Réseau-santé de l'Europe du Sud-Est. La réunion tenue les 8 et 9 septembre a permis à des ministres et des délégations de haut niveau en provenance de 6 pays d'engager des débats stratégiques et informels, et de procéder à un échange de données d'expérience sur des dossiers spécifiques, notamment la réforme de l'OMS, Santé 2020, la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles, la santé mentale, la recherche-développement pour la santé, ainsi que le Plan d’action européen pour le renforcement des capacités et services de santé publique.

La réforme de l’OMS : Le processus de réforme de l'OMS a été engagé au départ afin d'examiner le mode de financement de l'Organisation en vue d'encourager une plus grande prévisibilité et une meilleure flexibilité. L'OMS/Europe a expliqué que cet argument demeure essentiel. Parmi les autres conséquences prévisibles de la réforme pour la Région européenne, il convient de mentionner les suivantes : diminution du nombre de programmes de base, réaffectation progressive des ressources aux maladies non transmissibles et renforcement de la responsabilisation de l'OMS s'agissant de la mise en œuvre des produits et services en vertu d'un budget approuvé.

Les délégués ont exprimé leur soutien au processus de réforme, notamment la coordination avec les pays concernant la définition des priorités et l’attention accordée aux résultats et à la responsabilisation. On a également mis en exergue l'importance de soutenir les projets réalisés entre les pays au niveau sous-régional, outre les niveaux mondial, régional et national.

Les maladies non transmissibles : Les discussions relatives à la mise à jour du plan d'action mondial sur les maladies non transmissibles ont principalement porté sur un changement d'orientation afin d'accorder la priorité à la manière de mesurer les résultats. L'OMS/Europe a d'ailleurs demandé aux États membres de fournir des exemples d'adoption d'une nouvelle législation ou d'application d'une nouvelle tarification en vue d'illustrer l'impact et les résultats des nouvelles mesures mises en œuvre dans les pays afin de lutter contre les maladies non transmissibles. Les pays présents se sont félicités de cette priorité croissante accordée aux maladies non transmissibles. Ils ont demandé à l'OMS de mettre à disposition ses compétences en vue de renforcer les capacités des États membres à mesurer les facteurs de risque de ces maladies et faire rapport sur les objectifs et les indicateurs.

La recherche-développement pour la santé : L'OMS/Europe a signalé qu'un groupe de travail consultatif d’expert avait été créé en 2010 suite aux inquiétudes concernant l'allocation insuffisante de ressources à la lutte contre les maladies affectant de manière disproportionnée les populations économiquement défavorisées.

Ce groupe de travail a émis plusieurs recommandations, notamment la mise en place d'une convention juridiquement contraignante sur la recherche-développement pour la santé au niveau mondial, des recommandations qui, d'ailleurs, ont toutes été à l'origine de vifs débats. Jusqu'à présent, les observations formulées par les pays indiquent que davantage de discussions sont nécessaires et qu'à ce stade, un code volontaire en vue de contribuer à la recherche-développement en matière de santé devrait être mis en place plutôt qu'un instrument juridiquement plus contraignant. Ces questions seront davantage examinées lors de la prochaine session du Comité régional.

Santé 2020 : En présentant son nouveau cadre politique européen pour la santé, Santé 2020, l'OMS/Europe a mis en évidence le large processus de consultation mis en place au cours de son élaboration. La politique compile les connaissances actuelles en matière de politiques efficaces de la santé, et doit être utilisée par les ministères de la Santé pour s’ouvrir à d’autres secteurs et différents domaines des pouvoirs publics en vue de promouvoir la santé et le bien-être.

Les pays représentés à la réunion ont exprimé leur soutien au document politique. Ils se sont félicités du fait que Santé 2020 couvre tous les aspects de la politique de santé, pour être à la fois pratique et stratégique. Plusieurs pays ont expliqué au groupe qu'ils sont déjà en train d'intégrer les valeurs de Santé 2020 dans leurs stratégies et plans nationaux.

Le Plan d’action européen pour le renforcement des capacités et services de santé publique : L'OMS/Europe a expliqué qu'il était nécessaire de transformer et d'actualiser les services de santé publique dans les pays de la Région, afin de prendre en compte les nouveaux défis tels que les inégalités, la prévalence des maladies non transmissibles et le vieillissement de la population.

Il importe d'ailleurs d'investir davantage dans les mesures de prévention et de promotion de la santé qui, actuellement, ne concourent qu'à 3% des budgets de la santé. La priorité accordée à la prévention constitue une démarche rentable pour améliorer les résultats en matière de santé. Un plan d'action a été élaboré pour compléter et soutenir Santé 2020 à cet égard.

Les ministres et les délégués participant à la réunion ont tous souhaité qu’une attention croissante soit portée à la santé publique, et qu’un investissement plus important soit consenti à la prévention et à la promotion de la santé.

Séance d'information pour les organisations non gouvernementales (ONG)

Des délégués de quelque 30 ONG présentes à la session de cette année ont assisté à une séance d'information préparatoire, pour discuter de leur participation à la session du Comité régional et de son ordre du jour.

Comité permanent du Comité régional de l'OMS pour l'Europe

Le dix-neuvième Comité permanent du Comité régional (CPCR) a tenu sa cinquième et dernière session le dimanche 9 septembre 2012. Il a examiné l'ordre du jour et le programme provisoires du Comité régional et d'autres questions de procédure en préparation de la session.

Les moments forts de la journée de lundi sont notamment :

  • allocution du premier ministre maltais, Lawrence Gonzi
  • allocution de Son Altesse Royale la princesse Mary de Danemark
  • allocution d'ouverture de la directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, Zsuzsanna Jakab
  • allocution du commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs, John Dalli
  • allocution du secrétaire général adjoint de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Yves Leterme
  • débat en plénière sur les décisions et résolutions de l'Assemblée mondiale de la santé et du Conseil exécutif.