Première journée de l’Assemblée mondiale de la santé : focus sur le programme de développement pour l’après-2015

WHO/Pierre Albouy

Le docteur Margaret Chan, directeur général de l’OMS, s’adresse à la séance plénière de la Soixante-sixième Assemblée mondiale de la santé. Photo : OMS/Pierre Albouy.

La Soixante-sixième Assemblée mondiale de la santé, la réunion mondiale annuelle de l’OMS à l’adresse des ministres et des hauts responsables de la santé, s’est ouverte le 20 mai. S’adressant aux délégués, le docteur Margaret Chan, directeur général de l’OMS, a évoqué les flambées continues du nouveau coronavirus, désormais baptisé « coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient » (MERS-CoV), et les infections humaines par le virus de la grippe aviaire A(H7N9), mettant en garde contre la menace mondiale que les maladies émergentes et potentiellement épidémiques posent à la santé.

« Nous devons donc faire preuve de la plus grande vigilance. Je ne saurai assez insister sur l’importance que revêtent les notifications immédiates et entièrement transparentes à l’OMS, et le strict respect des obligations énoncées dans le Règlement sanitaire international », a-t-elle déclaré.

Le directeur général s’est également penché sur les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et les défis sanitaires actuels, notamment les maladies non transmissibles. Notant que l’industrie influe souvent sur les facteurs de risque des maladies non transmissibles, le docteur Chan a souligné que l’OMS peut et devrait collaborer avec celle-ci au moment opportun.

« Il existe à l’OMS des garde-fous contre les conflits d’intérêts et ceux-ci ont été récemment renforcés. L’OMS a l’intention de les utiliser avec rigueur dans ses échanges avec les industries produisant aliments, boissons et alcools afin de trouver des solutions acceptables pour la santé publique. L’OMS refusera toujours toute interaction, quelle qu’elle soit, avec l’industrie du tabac », a ajouté le directeur général.

À l’ordre du jour de cette semaine

L’Assemblée mondiale de la santé examinera un projet de plan d’action mondial contre les maladies non transmissibles, ainsi que des plans d’action sur la santé mentale et la prévention de la cécité et des déficiences visuelles évitables. Parmi les autres questions inscrites à l’ordre du jour figurent la réforme de l’OMS, les progrès accomplis en vue d’atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement en rapport avec la santé et le programme de développement pour l’après-2015, l’application du Règlement sanitaire international, un plan d’action mondial pour les vaccins, la couverture sanitaire universelle et les interventions face aux pénuries et à la migration du personnel de santé.

La Soixante-sixième Assemblée mondiale de la santé se tient actuellement à Genève (Suisse), du 20 au 28 mai 2013.

Points saillants pour la Région européenne

  • Le docteur Raisa Bogatyryova, ministre ukrainienne de la Santé, a été élue vice-présidente de l’Assemblée de la santé.
  • La délégation de la Fédération de Russie a rencontré Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, afin d’aborder la collaboration et les activités visant à développer la diffusion de publications sur la santé en russe. La Fédération de Russie a également organisé un événement satellite sur le multilinguisme et présenté les projets entrepris conjointement avec l’OMS, dont un glossaire révisé et une base de données pour les publications en langue russe.
  • La délégation de l’Irlande, le pays qui assure actuellement la présidence du Conseil de l’Union européenne (UE), a pris la parole en séance plénière et souligné le rôle fondamental de l’OMS pour veiller à ce que la santé constitue une pierre angulaire du programme de développement de l’après-2015. Les soins de santé universels sont un élément clé. En outre, les priorités à venir doivent refléter les trois dimensions d’un développement économique, social et environnemental durable, ainsi que la nécessité d’une collaboration intersectorielle, selon l’UE.
  • La délégation allemande estime que la couverture sanitaire universelle est une affaire inachevée et doit être inscrite au programme de développement pour l’après-2015.
  • Au cours des débats en séance plénière, la délégation du Royaume-Uni a souligné l’importance de relever les défis sanitaires liés au vieillissement de la population, comme la démence, et de contrer la menace toujours plus grande de la résistance aux antimicrobiens.
  • Lors d’une intervention en plénière, la Fédération de Russie a mis en exergue la prévention des maladies non transmissibles, ainsi que le rôle de l’OMS dans la coordination des efforts internationaux dans ce domaine en vertu du plan mondial actuellement en discussion.
  • L’OMS/Europe a signé, avec le directeur général et la délégation suisse, la première stratégie de coopération de la Région européenne avec un pays. Cette dernière se concentre sur quatre domaines stratégiques : l’échange d’informations sur les maladies non transmissibles, les politiques relatives à la nutrition et à l’alimentation, la santé mentale et l’utilisation de substances psychoactives ; la coopération accrue dans le domaine des systèmes de santé nationaux ; le soutien à l’OMS en vue de renforcer son rôle de leadership dans la gouvernance mondiale de la santé ; et le renforcement de la collaboration entre l’OMS et la Direction suisse du développement et de la coopération.
  • La ministre ukrainienne de la Santé, le docteur Raisa Bogatyryova, a rencontré la directrice régionale de l’OMS pour l’Europe. Ensemble, elles ont abordé l’importance de renforcer la vaccination en Ukraine, le succès des initiatives mises en œuvre à l’occasion de la Semaine européenne de la vaccination 2013 ainsi que les importants progrès réalisés par l’Ukraine dans la lutte contre la tuberculose et la tuberculose multirésistante.
  • Le financement de la santé et l’impact de la crise économique sur la santé ont été au centre d’une rencontre bilatérale avec le docteur Paulo Moita de Macedo, ministre portugais de la Santé. Le ministre a remercié la directrice régionale pour la réunion organisée récemment à Oslo (Norvège) par l’OMS/Europe sur les systèmes de santé en période de crise économique mondiale, et celle-ci a proposé une aide supplémentaire à cet égard.
  • Les discussions avec le ministre grec de la Santé, M. Andreas Lykourentzos, se sont penchées sur l’importance de l’adoption de la directive révisée de l’UE sur les produits du tabac.