Troisième journée de l’Assemblée mondiale de la santé : progrès dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé et nouveau modèle de financement du Fonds mondial

WHO/Pierre Albouy

Séance d’information technique sur l’accélération de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé. Photo : OMS/Pierre Albouy.

Lors d’une séance d’information technique organisée le 22 mai 2013, le docteur Margaret Chan, directeur général de l’OMS, a salué la contribution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour faire reculer les épidémies de ces maladies.

La séance a été organisée en vue de présenter le nouveau modèle de financement conçu par le Fonds, qui doit prioriser les actions visant à accélérer la réalisation des cibles des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Le docteur Mark Dybul, directeur exécutif du Fonds mondial, a expliqué que la nouvelle approche repose sur trois principes fondamentaux :

  • agir en tant qu’institution financière en partenariat avec d’autres pour servir les pays ;
  • améliorer la prévisibilité des ressources ;
  • créer une plate-forme pour lutter contre ces maladies dans le cadre des systèmes de santé nationaux.

Les modifications apportées au mode de fonctionnement du Fonds ont été chaleureusement accueillies, ainsi que l’appui fourni par l’OMS et d’autres partenaires techniques. Les orateurs ont salué l’alignement plus étroit du Fonds sur les plans de pays et sa volonté d’offrir un soutien accru pour les systèmes de santé, de tirer les leçons de l’expérience et d’accroître la transparence.

Points saillants pour la Région européenne

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Lors des discussions sur le nouveau modèle de financement du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, la délégation suédoise a insisté sur le besoin d’utiliser efficacement les ressources et d’instaurer des partenariats internationaux pour l’obtention de résultats. Des éclaircissements doivent aussi être demandés au Fonds mondial quant aux attentes à cet égard.

La délégation a préconisé les mesures suivantes :

  • utilisation des stratégies et priorités nationales comme point de départ ;
  • transparence, en particulier au sujet du financement disponible ;
  • recours aux systèmes de gestion financière existants ;
  • efficacité en matière d’achat et d’approvisionnement, notamment la planification et la prévision ;
  • exigences réalistes en matière de suivi et d’évaluation ;
  • équilibre et soutien appropriés concernant les partenariats.

La santé dans le cadre du programme de développement pour l’après-2015

La Suède a également organisé, conjointement avec le Botswana, un événement satellite sur la santé dans le programme de développement pour l’après-2015. La délégation suédoise a souligné que si la réalisation des OMD liés à la santé a été un succès, ces objectifs doivent rester primordiaux à l’avenir, et s’assortir de nouvelles priorités, à savoir notamment la lutte contre les maladies non transmissibles, les changements démographiques et les nouvelles menaces pour la santé, l’équité et le renforcement des systèmes de santé. Davantage d’attention doit aussi être accordée à certaines questions spécifiques telles que la santé et les droits sexuels et génésiques, la nutrition, la santé mentale et la santé des adolescents. La délégation a estimé que la santé peut jouer un rôle plus important à l’avenir en matière de développement, dans la mesure où elle peut à la fois y contribuer et en bénéficier, et aussi comme droit de l’homme.

En séance plénière, la délégation de la République de Moldova s’est félicitée des OMD et du bon cadre d’action que ces objectifs représentent. Il importe de continuer à y faire référence, tout en s’efforçant d’être efficace à la lumière des contraintes imposées par la crise financière actuelle. La délégation a mis en évidence la nécessité d’innovation et d’autonomisation afin de répondre aux besoins sanitaires de ses populations.

La délégation lituanienne a mis en évidence la portée des OMD et leur contribution à des thèmes spécifiques tels que la réduction de la mortalité maternelle et infantile. Toutefois, elle a également mis en exergue les tâches inachevées dans plusieurs domaines couverts par les OMD, comme la tuberculose, qui constitue toujours un défi en Lituanie. Elle a ensuite mentionné l’importance de la lutte contre les maladies non transmissibles, convaincue que l’OMS jouera un rôle de chef de file dans la lutte contre les inégalités en santé à l’avenir.

Plan d’action sur la santé mentale 2013-2020

La Commission A a émis des commentaires sur le projet de plan d’action global sur la santé mentale 2013-2020. Les membres ont généralement soutenu et apprécié le processus consultatif et participatif, la vision, les principes et les orientations stratégiques. Des préoccupations ont été exprimées au sujet de certains objectifs, en particulier ceux relatifs au suicide, compte tenu des difficultés de surveillance et du manque de ressources humaines et financières.

La Norvège, s’adressant au nom des pays nordiques, a plaidé en faveur d’une approche multisectorielle pour se concentrer sur la promotion, la prévention et le traitement. Elle a également souligné la nécessité de compléter les données sur la surveillance avec des informations sur le bien-être.

Le plan d’action sera révisé à la lumière des observations des États membres.