Moments forts de la deuxième journée : le CR66 adopte la stratégie et le plan d’action européens sur la santé des réfugiés et des migrants

WHO

Lors de sa deuxième journée, les États membres et les partenaires réunis pour la soixante-sixième session du Comité régional de l’OMS pour l’Europe (CR66) ont chaleureusement accueilli l’élaboration d’une feuille de route régionale pour guider la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ; ils ont également réservé un chaleureux accueil à la stratégie et au plan d’action sur la santé des réfugiés et des migrants dans la Région européenne de l’OMS.

La santé dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, et lien avec Santé 2020

Situant les enjeux de la deuxième journée du CR66, le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, déclare que Santé 2020 constitue « le point d’entrée », à partir duquel intégrer le Programme de développement durable dans les visions, les stratégies, les plans et les feuilles de route au niveau national. Puis, s’exprimant sur l’importance de la santé dans le nouveau programme, elle précise que « la santé et le bien-être pour tous et à tout âge sont au cœur du développement : en tant que déterminant, en tant que facilitateur des objectifs de développement durable et en tant que résultat ».

La directrice régionale décrit la formation d’une coalition thématique des Nations Unies sur la santé, menée par le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, dont le but est de faciliter et de promouvoir la mise en œuvre de l’objectif 3 de développement durable (ODD 3) et des cibles relatives à la santé dans la Région, en coopération avec ses partenaires. Elle exprime également son intention d’élaborer une feuille de route régionale pour guider la mise en œuvre. Fondée sur les initiatives actuelles, cette feuille de route mettra davantage l’accent sur des domaines tels que les partenariats, l’action intersectorielle, l’équité et les modes de mise en œuvre. Elle sera présentée au Comité régional de l’Europe en 2017.

Rapport de situation à mi-parcours sur Santé 2020

Le docteur Piroska Östlin, directrice de la Division de la politique et de la gouvernance pour la santé et le bien-être, fait le point sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre de Santé 2020. Depuis 2012, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe a soutenu 25 États membres dans l’élaboration de leurs politiques sanitaires nationales, et leur apporte un appui considérable au niveau sous-national.

Même si les États membres déclarent avoir fait des progrès et se trouvent en bonne voie pour réaliser de nombreuses cibles et indicateurs de Santé 2020, le docteur Östlin rappelle que la réduction des inégalités de santé demeure la principale difficulté.

Plan d’action européen pour le renforcement des capacités et services de santé publique : les progrès en bref

Le Plan d’action européen pour le renforcement des capacités et services de santé publique propose 10 domaines d’action coïncidant avec les 10 opérations essentielles de santé publique. Évoquant les progrès réalisés à ce jour, le docteur Hans Kluge, directeur de la Division des systèmes de santé et de la santé publique, remarque qu’en dépit des réalisations et des avancées, le potentiel du plan d’action demeure largement inexploité. Il attire l’attention sur l’écart entre la détermination politique déclarée à le mettre en œuvre et le niveau réel des ressources qui lui sont allouées, et en conclut que les preuves de la rentabilité des interventions en santé publique ne sont pas encore largement connues.

Débat en séance plénière

S’exprimant au nom du Comité permanent du Comité régional (CPCR), Mme Eva Falcão (Portugal) estime que les progrès réalisés dans le cadre de Santé 2020 constituent de bonnes fondations pour la mise en œuvre du Programme de développement durable.

De nombreux pays détaillent leur plan national de mise en œuvre de ce programme, et affirment leur soutien à la formulation d’une feuille de route à ce sujet, annoncée par la directrice régionale.

Le délégué de la Slovaquie, qui s’exprime au nom de l’Union européenne et de ses États membres, souhaite que l’accent soit davantage mis sur l’égalité entre les hommes et les femmes, et sur l’autonomisation des femmes et des filles. Par ailleurs, la Slovaquie accueille favorablement la proposition de mettre au point un ensemble de ressources et d’outils de base pour réaliser les ODD, sur le modèle de celui qui a été conçu pour Santé 2020.

Les États membres adoptent par consensus la résolution relative à l’élaboration d’une feuille de route pour la mise en œuvre des ODD dans la Région.

Renforcer les systèmes de santé centrés sur la personne dans la Région européenne de l’OMS

Les États membres approuvent et adoptent le Cadre d’action européen pour la prestation de services de santé intégrés, qui résulte d’un processus participatif de trois ans. Ce cadre entend améliorer la santé et le bien-être en modelant la prestation des services sanitaires et sociaux sur les besoins des personnes. Pendant sa présentation, le docteur Hans Kluge met en exergue les trois grands domaines – personnes, services et systèmes – qui forment la base du cadre d’action, et relève le rôle transversal du changement. Le docteur Kluge fait aussi référence à la large gamme d’outils mis à la disposition des États membres pour le mettre en œuvre.

ILes États membres approuvent et adoptent le Cadre d’action européen pour la prestation de services de santé intégrés, qui résulte d’un processus participatif de trois ans. Ce cadre entend améliorer la santé et le bien-être en modelant la prestation des services sanitaires et sociaux sur les besoins des personnes. Pendant sa présentation, le docteur Hans Kluge met en exergue les trois grands domaines – personnes, services et systèmes – qui forment la base du cadre d’action, et relève le rôle transversal du changement. Le docteur Kluge fait aussi référence à la large gamme d’outils mis à la disposition des États membres pour le mettre en œuvre.

Plusieurs États membres saluent ce cadre d’action, qu’ils considèrent comme une source d’inspiration, et le processus consultatif qui l’a précédé. Les délégués se félicitent de son adoption en temps opportun, qui aidera à réaliser la couverture sanitaire universelle.

Les représentants des organisations non gouvernementales (ONG) font l’éloge du cadre d’action, en raison notamment de la valeur qu’il accorde à un personnel sanitaire compétent, et insistent sur l’importance des actions conjointes.

Promotion de la santé tout au long de la vie

Les ministres et les chefs de délégation assistent à une séance interactive lors du déjeuner sur la promotion de la santé, axée sur le tabagisme, la nutrition, la consommation d’alcool et l’activité physique. Le « Tobacco control playbook » [Manuel de la lutte antitabac] est présenté aux délégués ; il s’agit d’un document exposant les arguments d’ordre sanitaire, économique, juridique et commercial qu’utilisent les responsables politiques dans la lutte antitabac.

Les autres activités de la séance comprennent la projection d’un film à 360°, qui emmène les spectateurs dans un voyage à travers différents marchés. Ce film révèle que la plupart des aliments commercialisés excèdent les limites fixées par l’OMS pour la teneur en sel et en acides gras trans. Enfin, les responsables de la séance présentent un nouveau rapport sur les décès attribuables à l’alcool, qui montre que ce dernier est un facteur majeur de mortalité dans la Région.

Accès aux nouveaux médicaments à prix élevé : défis et opportunités

Présidée par Panos Kanavos, de la London School of Economics (Royaume-Uni), la séance d’information technique porte sur les défis et les opportunités d’accès aux nouveaux médicaments à prix élevé. Cette séance s’appuie sur le rapport de l’OMS consacré à « l’accès aux nouveaux médicaments en Europe ». Les autorités publiques estiment qu’il est de plus en plus difficile de faire face à la croissance des prix pharmaceutiques ; le prix des nouveaux médicaments pose également un défi d’ordre réglementaire aux pays de la Région.

Stratégie et plan d’action sur la santé des réfugiés et des migrants dans la Région européenne de l’OMS

À la suite de la présentation, par le docteur Piroska Östlin, de la stratégie et du plan d’action et de son processus d’élaboration, le docteur Santino Severoni, coordinateur pour la santé publique et la migration au sein de la Division de la politique et de la gouvernance pour la santé et le bien-être, explique que ce document couvre neuf domaines prioritaires pour les États membres et le Comité régional. Ces neuf domaines visent à établir un cadre de collaboration ; plaider pour le droit à la santé des réfugiés, des demandeurs d’asile et des migrants ; agir sur les déterminants sociaux de la santé ; réaliser la préparation de la santé publique et assurer des interventions efficaces ; renforcer les systèmes de santé et leur résilience ; prévenir les maladies transmissibles ; prévenir et réduire les risques relatifs aux maladies non transmissibles ; réaliser des dépistages et des évaluations médicales éthiques et appropriés ; et améliorer l’information et la communication sanitaires.

S’exprimant en tant que président du sous-groupe du CPCR pour la stratégie et le plan d’action, le docteur Raniero Guerra (Italie) décrit en détail le processus de consultation approfondi qui a précédé leur élaboration. Il signale qu’il s’agit du premier document de ce genre au plan mondial.

Débat en séance plénière

Quinze pays ont pris la parole pour communiquer leur plein soutien à la stratégie et au plan d’action. Le délégué de Grèce exprime le sentiment commun, à savoir que ces travaux montrent comment il est possible de transformer une crise en opportunité de renforcement des capacités en santé publique dans la Région.

Les États membres énumèrent les difficultés spécifiques, telles que le besoin de services de santé mentale, l’importance de renforcer les capacités des professionnels de santé pour qu’ils puissent faire face aux besoins de santé des migrants, les obstacles culturels et linguistiques que rencontrent les migrants dans l’accès aux services de santé, et la vulnérabilité particulière des enfants non accompagnés.

Notant que l’Assemblée générale des Nations Unies tiendra un sommet sur les réfugiés et les migrants le 19 septembre 2016, les délégués suggèrent la possibilité d’élargir la portée de la stratégie et du plan d’action régionaux.

Les représentants de l’Organisation internationale pour les migrations et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés soutiennent le document, à l’instar de nombreuses ONG.

Les États membres adoptent la stratégie et le plan d’action par consensus.

Plan d’action pour la santé sexuelle et reproductive

Le docteur Gauden Galea, directeur de la Division des maladies non transmissibles et de la promotion de la santé à toutes les étapes de la vie, et le docteur Gunta Lazdane, chef du programme sur la santé sexuelle et génésique, présentent le plan d’action. Ils déclarent qu’aucun autre document soumis au Comité régional de l’OMS pour l’Europe n’a été produit après tant de consultations ; cependant, des points de controverse persistent. La santé sexuelle a été définie il y a plus de vingt ans, et depuis lors, la Région a connu des réussites majeures en termes de baisse du taux de mortalité périnatale et d’élargissement de l’accès à des avortements plus sûrs. L’objectif du Bureau régional à travers ce plan d’action est d’assurer que chacun puisse se dire satisfait de sa santé sexuelle. La vision du plan d’action consiste à ce que toutes les personnes de la Région reçoivent la possibilité et le soutien nécessaires pour réaliser pleinement leur potentiel en matière de santé et de bien-être sexuels et reproductifs ; le plan d’action entend également veiller à ce que les droits humains soient respectés, protégés et satisfaits.

Environ 20 États membres expriment leur soutien au plan d’action, bien que certains délégués disent craindre que le texte original ait été édulcoré pour atteindre un compromis. Plusieurs États membres demandent des modifications au document, et la Turquie indique qu’elle n’est pas prête à l’adopter. Les discussions reprendront demain après-midi.

Moments forts de la troisième journée

  • Allocution du docteur Margaret Chan, directeur général de l’OMS
  • Discussion sur l’action du Bureau régional de l’OMS pour l’Europe lors de situations d’urgence
  • Stratégie pour la santé et le bien-être de la femme dans la Région européenne de l’OMS
  • Plan d’action pour la riposte du secteur de la santé au VIH dans la Région européenne de l’OMS
  • Plan d’action pour la riposte du secteur de la santé à l’hépatite virale dans la Région européenne de l’OMS