La santé constitue une priorité pour les Journées européennes du développement

WHO/Kristina Belikova

Allocution du docteur Margaret Chan, directeur général de l’OMS, à l’occasion des Journées européennes du développement 2015.

« La flambée épidémique d'Ebola a ramené à la réalité la communauté internationale. L'OMS prend actuellement les mesures nécessaires afin que le monde ne se laisse plus jamais surprendre », a déclaré le directeur général de l'OMS, le docteur Margaret Chan, dans le discours inaugural qu'elle a prononcé le 4 juin 2015 à l'occasion du forum des Journées européennes du développement de cette année.

Remerciant tous les partenaires et les organisations qui ont contribué à la lutte contre la maladie à virus Ebola, le docteur Chan a félicité la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone pour les énormes progrès réalisés au cours de ces derniers mois. Elle a néanmoins insisté sur le fait qu'il ne faut pas relâcher la vigilance, et que le personnel de l'OMS resterait dans ces trois pays jusqu'à ce que le travail soit accompli et que la prestation des services de santé essentiels soit garantie.

La flambée épidémique d'Ebola a permis au processus de réforme entrepris à l'OMS de passer à la vitesse supérieure, en donnant la priorité absolue aux changements à apporter au mode de fonctionnement de l'Organisation face aux situations d'urgence, tel que convenu à la soixante-huitième Assemblée mondiale de la santé qui s'est achevée le 26 mai 2015, à savoir notamment :

  • une nouvelle réforme pour rationaliser les procédures administratives en vue d'accélérer les interventions d'urgence ; 
  • une coordination efficace avec les autres partenaires, une participation accrue de la communauté et une communication améliorée ; 
  • un nouveau mandat afin que l'OMS mette en place des ressources humaines mondiales pour l'action sanitaire d'urgence.

« L'année 2015 est une année de transition, car elle marque l'échéance des objectifs du Millénaire pour le développement, et c'est aussi l'année où un accord doit être obtenu sur le cadre de développement pour l'après-2015. Dans ce contexte, mon Organisation veut faire en sorte que la santé reste hautement prioritaire dans le programme pour l'après-2015. Nous veillerons aussi à tenir compte des enseignements tirés de la crise d'Ebola », a ajouté le docteur Chan.

Comment le Règlement sanitaire international (2005) peut-il contribuer à la lutte contre les pandémies ?

Le docteur Masoud Dara, Bureau régional de l'OMS pour l'Europe, a présidé une table ronde d'experts sur le Règlement sanitaire international (2005) (RSI). Les révisions apportées ces dernières années au RSI ont permis d'en élargir la portée pour englober tous les risques sanitaires, ainsi que des maladies spécifiques. Le RSI permet aux pays de surveiller les flambées épidémiques de maladies dont les conséquences peuvent dépasser les frontières et ce, afin de prévenir et de gérer les pandémies. Les experts ont examiné l'importance du RSI eu égard à la flambée épidémique actuelle d'Ebola, ainsi que les moyens de garantir le respect des obligations nationales envers le Règlement.

Les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays : droit à la santé, doit à la vie

À l'heure actuelle, environ 55 millions de personnes sont déplacées dans le monde. Lors d'une séance intitulée « Les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays : droit à la santé, doit à la vie » et organisée conjointement par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies et l'OMS, les participants ont examiné les actions menées par diverses organisations dans les zones de conflit. Parmi les sujets abordés, il convient de mentionner les soins de santé destinés aux réfugiés et personnes déplacées. Les discussions ont notamment porté sur les points suivants :

  • des soins intégrés, accessibles et culturellement acceptables pour tous, y compris les soins de santé primaires et la santé mentale et maternelle ;
  • la protection de la santé lors des conflits ;
  • la participation des ministères de la Santé à une approche intersectorielle, conformément à Santé 2020 ;
  • une coordination efficace pour répondre aux besoins des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays.

M. Kvitashvili, ministre ukrainien de la Santé, a déclaré que la responsabilité de la protection du droit à la santé en période de conflit doit être partagée par tous les intervenants, notamment les États, les agences internationales et les organisations non gouvernementales. 

Contexte

Le forum des Journées européennes du développement a été organisé en préparation du prochain débat qui se tiendra en septembre 2015 aux Nations Unies sur les objectifs de développement durable. Ces derniers doivent remplacer les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui ont mobilisé les efforts de la communauté internationale au cours de ces 15 dernières années. En juillet, la troisième conférence sur le financement du développement sera organisée à Addis-Abeba (Éthiopie), et constituera une étape importante en vue du sommet des Nations Unies consacré à l'après-2015.