Pandémie de grippe : des leçons à tirer

« L’émergence d’une nouvelle souche de grippe capable de faire le tour du monde en quelques semaines à peine est une démonstration éclatante de notre vulnérabilité à tous et de la nécessité de réagir ensemble, de manière coordonnée. » Tel a été le principal message présenté par Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, lors d’une réunion des ministres de la Santé des pays de l’Union européenne (UE) qui s’est tenue à Bruxelles (Belgique) le 05 juillet.

Selon Mme Jakab, tout le mérite de la bonne préparation collective à la pandémie peut être attribué au cadre fourni par le Règlement sanitaire international (RSI) dans sa version actualisée et aux correspondants nationaux en charge de ce RSI. Elle a également souligné à quel point il était important de se demander si les efforts consentis pour la préparation ont porté leurs fruits ou si la riposte a poussé les États membres de l’OMS à adopter une ligne de conduite précise qui a empêché une adaptation rapide durant la première vague de pandémie.

Tirer des enseignements du passé

Mme Jakab a tiré trois grandes leçons de la pandémie ; les besoins sont les suivants :
  • améliorer la coordination entre partenaires clés et expliquer plus clairement leurs rôles respectifs ;
  • être mieux préparés à de multiples scénarios ;
  • redoubler d’efforts en matière de communication.

En particulier, les rôles suivants nécessitent une clarification : le rôle du secteur privé (y compris celui du secteur secondaire et des prestataires privés de soins de santé) en matière de santé publique et celui de la population, des médias (y compris les médias du Web et les médias sociaux), des pouvoirs publics et des parlements, ainsi que le rôle des organisations internationales telles que l’OMS.

Une meilleure préparation à de multiples scénarios requiert non seulement de se préparer au pire, mais aussi de s’adapter rapidement en cas d’issue plus favorable. Les plans de préparation devraient prévoir de la flexibilité dans la réaction à une crise sanitaire.

Grâce aux efforts de communication, et notamment au recours aux réseaux de médias sociaux, le public devrait être rapidement informé des difficultés possibles, mais aussi préparé à la réévaluation des risques. En outre, cette communication devrait permettre de mieux faire accepter au public les mesures prises, dont, peut-être, la vaccination.

Se préparer pour demain

L’OMS/Europe a entamé une analyse systématique des plans nationaux de préparation à la pandémie de grippe et des recommandations techniques de l’OMS. Cette analyse est actuellement finalisée avec la participation du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies et du Siège de l’OMS. Sept États membres de l’OMS/Europe prennent part à cette étude.

Dans le cadre du RSI, l’OMS/Europe continue à aider les États membres à évaluer les urgences de santé publique et à s’y préparer grâce à la reconduction des partenariats avec tous les intervenants concernés.