Des dépenses publiques efficaces sont essentielles aux objectifs de la politique de la santé

Hungarian Parliament

Des dépenses publiques de santé accrues et efficaces ainsi que des meilleures politiques publiques au niveau pangouvernemental sont essentielles pour atteindre les objectifs de la politique de la santé, a déclaré Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, lors d'une réunion de parlementaires des pays de l'Union européenne (UE) à Budapest (Hongrie), les 14 et 15 avril 2011.

La réunion des présidents des comités de la santé, organisée par l'Assemblée nationale hongroise, fait partie intégrante d'une série de réunions des présidents des comités parlementaires. La Hongrie assure la présidence tournante du Conseil de l'UE pendant la première moitié de 2011. Ces réunions ont été organisées dans le cadre parlementaire lié à la présidence afin de favoriser la coopération entre les parlements nationaux.

Miklós Réthelyi, ministre hongrois des Ressources nationales ; Miklós Szócska, ministre d'État à la Santé ; et John Dalli, commissaire de la Commission européenne chargé de la santé et de la politique des consommateurs, ont notamment participé à la réunion.

S'adressant aux participants, Zsuzsanna Jakab a expliqué l'importance fondamentale d'une politique européenne de la santé pour améliorer la santé des populations. Elle a présenté des bases factuelles sur les tendances sanitaires dans l'UE ainsi que les éléments clés de la future politique européenne de la santé (Santé 2020), tout en insistant sur le caractère essentiel d'une approche pangouvernementale faisant intervenir l'ensemble de la société.

Elle a souligné que les principales causes de la charge de morbidité dans les pays de l'UE témoignent de l'importance de regarder au-delà de la mortalité. En effet, outre les maladies non transmissibles, notamment les maladies provoquant de très nombreux décès comme les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, il existe aussi des maladies et des problèmes de santé qui ont une forte charge de morbidité, mais que l'on négligerait si l'on ne s'en tenait qu'à la mortalité. Il convient tout particulièrement de mentionner les problèmes relatifs à la santé mentale et ceux associés à l'âge.

« Il existe une forte corrélation entre les dépenses publiques de santé et la charge des dépenses en paiements directs sur la population », a déclaré Zsuzsanna Jakab. « Toutefois, ce que nous savons également, c'est que les politiques des pouvoirs publics peuvent faire une grande différence. Il ne s'agit pas seulement du volume des ressources disponibles et du niveau de richesse nationale. Il s'agit aussi de la bonne gouvernance, de la prise des bonnes décisions et de la mise en œuvre des bonnes politiques. Par conséquent, nous plaidons en faveur d'une hausse des dépenses publiques et de l'élaboration de meilleures politiques publiques au niveau pangouvernemental.»