La France est l’un des premiers pays de la Région à recommander l’utilisation d’un système d’étiquetage nutritionnel doté d’un logo en couleur

Santé publique France

La décision prise récemment par la France de recommander le système Nutri-Score, un étiquetage pratique doté d’un logo en couleur permettant aux consommateurs de s’informer d’un seul coup d’œil de la valeur nutritionnelle des aliments, constitue une avancée importante pour la nutrition dans la Région européenne de l’OMS. Elle s’ajoute aux autres efforts actuellement déployés dans le pays en vue d’instaurer des environnements alimentaires sains.

Les systèmes d’étiquetage doivent orienter les consommateurs vers des options plus saines

Le Plan d’action européen pour une politique alimentaire et nutritionnelle 2015-2020 invite les pays à élaborer et à mettre en œuvre des systèmes d’étiquetage sur la face avant des emballages qui soient faciles à comprendre, et fournissent aux consommateurs une interprétation complémentaire de l’information nutritionnelle. En incitant ces derniers à effectuer des choix plus sains, et l’industrie alimentaire à réviser la composition de ses produits, l’étiquetage peut contribuer à l’amélioration de la qualité nutritionnelle des aliments. Cet argument revêt de l’importance si l’on tient compte de la charge élevée des maladies non transmissibles liées à l’alimentation et de l’obésité dans la Région européenne.

La décision de recommander le système Nutri-Score (également appelé étiquette nutritionnelle à 5 couleurs ou 5 C) fait de la France le deuxième pays seulement de la Région à adopter un système d’étiquetage à logo coloriel sur la face avant des emballages à des fins d’information nutritionnelle. Le Royaume-Uni recommande déjà la représentation graphique des feux tricolores, un système d’étiquetage qui utilise le rouge, l’orange et le vert pour indiquer la teneur en matière grasse, en sel et en sucre des aliments. Le logo Nutri-Score que la France a l’intention d’utiliser repose sur un système de profils nutritionnels qui s’inspire du modèle de la Food Standards Agency du Royaume-Uni, et classifie les aliments et boissons selon 5 catégories de qualité nutritionnelle, indiquées par une échelle de couleurs allant de A (vert) à E (rouge).

Améliorer la nutrition par des mesures fondées sur des données probantes

La France a très largement fondé sa décision sur les données probantes disponibles à ce sujet, une démarche qui mérite d’ailleurs d’être saluée. Les autorités ont notamment pris en compte une étude qui compare la validité de 4 systèmes différents d’étiquetage nutritionnel, et ont conclu que le système Nutri-Score était le mieux adapté aux consommateurs. L’utilisation de ce système d’étiquetage a également permis d’améliorer le profil nutritionnel des achats effectués dans les supermarchés par les participants à l’étude.

L’OMS/Europe félicite la France pour cette initiative qui valorise les systèmes d’étiquetage favorables au consommateur. Les données disponibles en France et ailleurs à ce sujet montrent que ce type d’étiquetage peut aider les consommateurs à effectuer des choix sains, répondre à leurs besoins d’informations sur les options plus saines, et limiter la consommation d’aliments riches en énergie, en graisses saturées, en sucre ou en sel, dans le contexte d’une amélioration globale de la qualité nutritionnelle des aliments.