Réforme de la santé en Grèce : inauguration de nouveaux centres de soins de santé primaires

Vasileios Kontogiannis

Le 13 décembre, le gouvernement grec a inauguré 3 centres de santé locaux dans l’agglomération urbaine de Thessalonique en vue de faciliter l’accès à des services de santé de qualité et de réduire les inégalités à cet égard. Établis dans les régions d’Ambelokipi, d’Evosmos et de Pavlos Melas, ces centres sont aussi les premiers du genre dans le pays. Leur implantation s’inscrit dans le cadre plus large des efforts déployés par les pouvoirs publics en vue de mettre en place des services de soins de santé primaires modernes et centrés sur la personne en Grèce.

Les centres, appelés Topikes Monades Ygias (TOMY) en grec, constituent d’importantes composantes du nouveau système de soins de santé primaires, et serviront de premier point de contact et de principal coordinateur des soins pour les habitants de la région. Des équipes multidisciplinaires (médecins généralistes/de famille, pédiatres, infirmiers, visiteurs sanitaires et travailleurs sociaux) y dispenseront des soins de santé de façon continue (prévention des maladies, promotion de la santé, diagnostic, traitement, suivi et soins). Les nouveaux centres disposeront également de mécanismes précis d’orientation-recours. Il s’agit d’un changement majeur eu égard au réseau par ailleurs fragmenté de prestataires de soins de santé publics et privés (principalement des spécialistes) qui prodiguent des soins sur demande et avec peu de coordination.

Transformer un système de santé en crise

Le Premier ministre Alexis Tsipras, les principaux responsables du ministère grec de la Santé, des représentants des autorités locales, des responsables communautaires, des travailleurs sanitaires et sociaux ainsi que des représentants de l’OMS/Europe ont assisté aux cérémonies d’inauguration organisées dans les 3 lieux d’implantation des centres.

« Cette réforme vise à accorder désormais la priorité à la prévention plutôt qu’au traitement. Cette mesure, qui se fonde sur des données probantes, doit résoudre la crise des systèmes de santé et répondre à la demande exprimée par la société en vue d’éliminer les inégalités de santé », a déclaré le ministre de la Santé Andreas Xanthos dans le discours qu’il a prononcé lors de l’inauguration du centre de santé de la région d’Evosmos.

Le Premier ministre Alexis Tsipras a également exprimé son plein soutien aux centres de soins de santé, en déclarant : « Nous avons deux raisons d’être heureux parce que ces centres permettent non seulement de lutter contre les inégalités de santé, mais offrent également une importante occasion aux professionnels de santé exerçant à l’étranger de rentrer au pays. »

Le docteur Hans Kluge, directeur de la Division des systèmes de santé et de la santé publique à l’OMS/Europe, a félicité les autorités grecques et les collectivités pour cette initiative primordiale. Il a ajouté : « L’événement d’aujourd’hui montre que la Grèce peut entreprendre des réformes de santé à la fois concrètes et fondamentales, et que celles-ci sont une réalité aujourd’hui, et non dans un avenir lointain ».

La mise en place d’un système de soins de santé primaires solide est essentielle pour parvenir à la couverture sanitaire universelle. L’inauguration de ces centres coïncide avec d’autres initiatives prises au niveau mondial dans ce domaine, lesquelles mettent en avant la dynamique croissante suscitée par la réalisation de la couverture sanitaire universelle, en commençant par la Journée de la couverture sanitaire universelle du 12 décembre et le Forum mondial de la couverture sanitaire universelle 2017 organisé du 12 au 14 décembre à Tokyo (Japon).

Profonde transformation du système de santé grec

Le système de santé grec fait actuellement l’objet d’une transformation profonde, à savoir :

  • l’élaboration d’un plan de déploiement de centres de santé locaux ;
  • la révision de la gamme des services offerts et des dispositions et conditions contractuelles pour les centres de santé locaux ;
  • l’évaluation des besoins de formation du personnel des centres de santé locaux, l’élaboration d’un programme de recyclage à court terme pour les médecins généralistes et de formation interprofessionnelle pour tous les professionnels de santé des centres de santé locaux, ainsi que la révision du programme de formation postuniversitaire des médecins généralistes ;
  • l’analyse des besoins en personnel de santé pour les soins de santé primaires et l’élaboration d’une stratégie sur les ressources humaines pour la santé ;
  • une nouvelle législation relative aux soins de santé primaires adoptée par le parlement grec en août 2017.

Parmi les autres mesures prises récemment, on peut citer la mise à l’essai de services sanitaires et sociaux intégrés à Ioannina (le premier exercice de ce genre en Grèce), la lutte contre les paiements informels dans le secteur de la santé et le lancement d’une campagne de communication à l’échelle nationale pour soutenir le processus de réforme.

Ces activités s’inscrivent dans le cadre du projet de renforcement des capacités en vue de la couverture universelle (phase 2, SCUC2) financée par l’Union européenne, qui doit contribuer à l’amélioration de la santé et de l’équité en santé en Grèce, surtout au sein des segments les plus vulnérables des populations frappées par la crise.