Les services de santé du Kirghizistan reçoivent un nouvel élan

L’OMS et le ministère de la Santé du Kirghizistan mettent en place une série de nouveaux projets à l’appui des services sanitaires, en particulier des services d’urgence et des soins de santé mentale. Ce soutien a pu se concrétiser grâce à un don de 1 million de dollars des États-Unis (USD) de la Fédération de Russie.

« Quand la crise s’est déclarée, et au cours des mois qui ont suivi, notre priorité absolue a toujours été de contribuer à la mobilisation de ressources d’autres pays afin de rétablir rapidement les services sanitaires essentiels pour les populations du Kirghizistan », a déclaré Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe.

En juin 2010, des troubles civils ont affecté près de 400 000 personnes dans le sud du Kirghizistan : quelque 300 000 d’entre elles ont été déplacées dans leur propre pays, et 75 000 ont été contraintes de fuir dans l’Ouzbékistan voisin. Dans un premier temps, les établissements sanitaires ont été surchargés par le grand nombre de blessés, et les services de réadaptation ont dû être améliorés et modernisés afin de leur venir en aide. Les traumatismes psychosociaux furent la conséquence sanitaire la plus grave de la crise.

L’OMS et le ministère de la Santé mèneront tout un ensemble d’activités afin de garantir l’accès aux soins de santé, notamment au soutien psychiatrique et psychosocial, à savoir notamment :

  • améliorer la capacité des services de santé du sud du Kirghizistan et mettre en place trois équipes médicales mobiles ;
  • apporter des fournitures médicales d’urgence aux hôpitaux et centres de soins de santé primaires d’Och et de Djalalabad ;
  • stimuler les services de deux centres psychiatriques et établir deux centres psychologiques en ambulatoire à Och et à Djalalabad ;
  • fournir une aide opérationnelle et des compétences techniques aux autorités sanitaires nationales.