Le Kirghizistan fait face à la pénurie de personnel de santé

WHO

Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe a rencontré le docteur Sabyrbek Jumabekov, ministre de la Santé du Kirghizistan le 14 mars 2011. Photo : OMS/Oluf Christoffersen

Le docteur Sabyrbek Jumabekov, ministre de la Santé du Kirghizistan, a annoncé, lors d’une réunion tenue le 14 mars 2011 à l’OMS/Europe avec Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, que le salaire des médecins de son pays augmenterait d’au moins 100 % à partir de mai de cette année.

Il s’agit là d’une des initiatives mises en œuvre par le ministère de la Santé pour encourager les médecins à débuter et à poursuivre leur carrière au Kirghizistan. En effet, le système de santé du pays manque de personnel médical, ce qui se traduit par une utilisation inefficace des nouveaux équipements et un allongement des listes d’attente des patients.

Mme Jakab s’est félicitée de cette mesure prise dans le cadre des vastes réformes du système de santé, et a exprimé l’engagement continu de l’OMS en vue de soutenir l’élaboration d’une stratégie nationale de la santé publique au Kirghizistan.

Le docteur Jumabekov a pu s’entretenir avec les directeurs de l’OMS/Europe et se familiariser avec leurs programmes. Il s’est félicité du travail de l’OMS et a remercié Mme Jakab pour cette rencontre extrêmement utile.

Collaboration entre l’OMS et le Kirghizistan

La collaboration entre l’OMS et le ministère de la Santé du Kirghizistan se concentre actuellement sur quatre domaines prioritaires :

  • améliorer la fonction de direction (stewardship) et le financement du système de santé ;
  • renforcer l’efficacité, la qualité et la pertinence de chaque service de santé, en insistant sur le rôle majeur des soins de santé primaires ;
  • instaurer un service de santé publique durable, orienté sur les besoins de la population, et basé sur l’intégration des programmes de protection et de promotion de la santé, une interaction intersectorielle à grande échelle et la participation active de la population ;
  • accroître les capacités et la préparation du système de santé afin d’évaluer les déterminants de l’hygiène de l’environnement, d’agir sur ces derniers, et d’intervenir en cas de crise.


Lors des troubles civils survenus dans le pays en 2010, l’OMS/Europe a étroitement collaboré avec les autorités sanitaires du Kirghizistan et d’autres organisations afin de coordonner les efforts visant à répondre aux besoins sanitaires des personnes touchées pas ces événements, et à générer des ressources pour les services de santé.