Un nouveau rapport de l’OMS/Europe propose des options politiques en vue de réduire les paiements directs pour les médicaments au Kirghizistan

Samvel Azatyan

Un nouveau rapport de l’OMS/Europe examine les causes des taux élevés de paiements directs observés au Kirghizistan pour les médicaments délivrés sur ordonnance, et explique comment une solution peut être apportée à ce problème par des réformes politiques.

L’OMS/Europe a mené une étude des coûts des médicaments délivrés sur ordonnance au Kirghizistan entre 2013 et 2015. Au cours de cette période, le ticket modérateur pour les médicaments remboursés dans le secteur des soins ambulatoires a augmenté de 20 % dans le pays. Comme l’indique le rapport, l’absence de réglementation officielle des prix des médicaments a contribué à cette hausse. Malgré le fait que le Kirghizistan ait tenté de normaliser la tarification en 2012, les prix départ usine, de gros et de détail ne font l’objet d’aucune réglementation, peu d’informations sont disponibles à ce sujet dans les pharmacies, et aucun contrôle n’est opéré à ce niveau.

En outre, en raison de la dévaluation de la monnaie kirghize, les importations de médicaments se sont avérées plus onéreuses, alors que leur volume n’a guère évolué. Cette situation a été observée pendant toute la période de l’étude.

À partir de ces constatations, le rapport délivre plusieurs conseils pour limiter et réduire le montant élevé des paiements directs par les patients, notamment : la réglementation du prix des médicaments remboursés par le régime public d’assurance maladie ; la réglementation des marges du secteur de la distribution ; la mise à jour de la législation sur les critères et les processus d’ajout de médicaments sur la liste des médicaments remboursés ou le retrait de ceux-ci ; ainsi que l’amélioration de la collecte de données sur les montants remboursés. Ces options politiques ont été examinées en septembre 2016 avec les acteurs nationaux au cours d’un forum stratégique sur le passage à la couverture sanitaire universelle, en vertu de l’actuel programme national de réforme des soins de santé (baptisé « Den Sooluk »).

Le rapport propose également d’évaluer l’efficacité de l’approvisionnement du secteur hospitalier en médicaments dans le cadre d’une approche globale de la réforme du secteur pharmaceutique.

« En 2016, nous avons franchi une étape importante en proposant un ensemble de réglementations et de lois supplémentaires sur les médicaments. Le Parlement prendra les mesures nécessaires pour les appliquer en 2017, et contribuer à l’amélioration de l’accès à des médicaments de qualité à un prix abordable », a déclaré le ministre de la Santé, le docteur Talantbek Batyraliev.

« La mise en place d’une réglementation des prix est de la plus haute importance car elle permettra de réduire les paiements directs pour les médicaments. Les médicaments remboursés par le régime public d’assurance maladie, et c’est là notre but ultime, doivent être vendus au même prix dans tout le pays, quelle que soit la pharmacie dans laquelle on se rend », a déclaré Mme Saltanat Moldoisaeva, consultante au bureau de pays de l’OMS au Kirghizistan.

Un aspect essentiel des priorités européennes et mondiales dans le domaine de la santé

Le rapport intitulé « Pharmaceutical pricing and reimbursement reform in Kyrgyzstan » [Réforme de la tarification et du remboursement des produits pharmaceutiques au Kirghizistan] entre dans le cadre du soutien apporté par l’OMS/Europe aux États membres et, par conséquent, de son accord de collaboration biennal avec le ministère kirghiz de la Santé pour 2016-2017. L’OMS/Europe aide le pays à formuler et à adopter des stratégies visant à limiter les coûts des produits médicaux et à en optimiser l’utilisation. Pour les pays en transition, cette aide porte sur la mise en place de systèmes de réglementation, de tarification et de remboursement, ainsi que le soutien à ces derniers, et sur d’autres questions pertinentes liées à l’achat et à l’approvisionnement.

Le thème de l’amélioration de l’accès aux médicaments dans la Région européenne de l’OMS est également inscrit à l’ordre du jour de la soixante-septième session du Comité régional de l’OMS pour l’Europe, qui se tiendra en septembre 2017 à Budapest (Hongrie). Il est directement en rapport avec la cible 3.8 des objectifs de développement durable (Donner accès à des médicaments essentiels sûrs, efficaces, de qualité et d’un coût abordable).