Le Kirghizistan devient le premier pays d’Asie centrale à organiser une réunion de son Réseau national des Villes-santé

WHO

Le 28 septembre 2018, le Kirghizistan a tenu la première réunion de son Réseau national des Villes-santé. Cette occasion historique pour le Réseau européen des Villes-santé de l’OMS commémore la première fois qu’un Réseau national des Villes-santé a été mis sur pied en Asie centrale.

L’événement a réuni plus de 30 maires de villes situées dans des districts administratifs de niveau national, régional ou local, dans tout le pays. Avec des représentants politiques, des responsables des ministères compétents et des experts techniques de l’OMS ayant pour spécialité la santé et le bien-être, les maires ont étudié le rôle joué par les villes, les autorités locales et les régions pour la mise en place de la couverture sanitaire universelle au niveau national.

Dans son allocution d’ouverture, Mme Aigul Boobekova, du cabinet du Président de la République kirghize, a relevé l’importance de cette réunion pour le pays. « Je suis heureuse de voir ici aujourd’hui tous les maires qui nous ont rejoints des quatre coins du pays », a déclaré Mme Boobekova. « J’espère que l’événement d’aujourd’hui nous aidera à cerner les difficultés des villes et à concevoir des plans pour prendre ensemble des mesures concrètes afin d’améliorer la santé et le bien-être de toutes les personnes qui vivent, travaillent et se divertissent dans nos villes. »

Inscrire la santé et le bien-être à l’ordre du jour

Des experts techniques internationaux de l’OMS ont présenté un exposé montrant comment le Réseau national des Villes-santé pourra contribuer à la bonne santé et au bonheur du Kirghizistan. Des représentants des ministères kirghizes de l’Économie et de la Santé ont également pris la parole pour signifier leur appui à la démarche des Villes-santé.

Ces exposés ont aidé les hauts responsables et les maires du pays à mieux comprendre le rôle du Kirghizistan dans le Réseau européen des Villes-santé de l’OMS. Ils ont également donné l’occasion d’évoquer des concepts clés en rapport avec les Villes-santé et d’inspirer à l’action en présentant des exemples de démarches novatrices menées dans d’autres pays, lesquelles pourraient être adaptées au contexte kirghize pour améliorer la santé et le bien-être au niveau local.

Les participants ont également pris part à un débat ouvert sur la lutte contre les inégalités et l’amélioration de la santé de la population, ainsi que sur les étapes clés et les possibilités existant dans ce pays. « Mettre la santé en bonne place à l’ordre du jour politique et social des villes nous permet de constituer un mouvement fort en faveur de la santé publique aux niveaux des localités, du pays et de la Région », a souligné le docteur Jarno Habicht, représentant de l’OMS au Kirghizistan.

« Ce séminaire a été une excellente occasion de montrer que le Réseau européen des Villes-santé de l’OMS peut jouer un rôle clé s’agissant de résoudre les problèmes propres aux villes et de veiller à ce que nous progressions vers la couverture sanitaire universelle en encourageant l’innovation et l’action intersectorielle dans nos villes », a-t-il déclaré.

La réunion s’est conclue par une table ronde des maires, qui ont souligné la nécessité de bien établir le Réseau national des Villes-santé et de renforcer la coopération afin de soutenir les villes dans leur réaction au changement. Les participants ont également envisagé l’avenir, en mettant l’accent sur une collaboration étroite avec les ministères et les organismes publics.

En point de mire, le 30e anniversaire des Villes-santé

Cette réunion au Kirghizistan a lieu à un moment important : en 2018, le Réseau européen des Villes-santé de l’OMS fête son 30e anniversaire. Cette réunion précède la conférence au cours de laquelle seront célébrés les 30 ans du mouvement des Villes-santé, du 1er au 4 octobre 2018 à Belfast, en Irlande du Nord (Royaume-Uni).

La conférence de Belfast s’articulera autour des 6 thèmes du Consensus de Copenhague entre les maires, le nouveau projet politique pour le Réseau européen des Villes-santé de l’OMS. Ce consensus a été adopté par plus de 80 maires et dirigeants politiques lors du Sommet des maires du Réseau européen des Villes-santé de l’OMS, qui s’est tenu à Copenhague (Danemark) en février 2018. Le maire de Jalal-Abad (Kirghizistan) a représenté sa ville au sommet.

Le Kirghizistan s’urbanise rapidement et donne la priorité au développement urbain et régional dans les principaux documents énonçant les politiques nationales. Actuellement, 2 villes ont été qualifiées de villes d’importance au niveau national, 12 l’ont été au niveau régional et 17 au niveau des districts. Par ailleurs, on a cerné un certain nombre de défis à relever et de possibilités à exploiter pour améliorer la santé et le bien-être dans les villes et les districts administratifs du pays.

Le Kirghizistan est l’un des rares pays d’Asie centrale à utiliser un réseau de cette nature pour tirer le meilleur parti possible de la démarche des Villes-santé au niveau national. Cette réunion a bénéficié de l’assistance technique et financière de l’OMS conformément à l’accord de collaboration biennal pour 2018-2019, conclu entre le ministère de la Santé kirghize et l’OMS.