La Lituanie fait la promotion de l’activité physique et de la santé cardiaque dans le cadre d’un événement cycliste communautaire et collaboratif

WHO/ Francesco Zambon

En Lituanie, le développement du réseau de pistes cyclables s’inscrit dans la promotion du transport actif et de la santé cardiaque.

À l'occasion de la Journée mondiale du cœur, célébrée le 29 septembre 2015, l'OMS recommande d'accroître l'activité et l'exercice physiques afin de vivre plus longtemps en bonne santé et de réduire la mortalité imputable aux maladies non transmissibles, telles que les affections cardiaques, l'obésité et le diabète.

La Lituanie promeut la santé cardiaque. Le 18 septembre, des responsables de gouvernement, des membres d'organisations non gouvernementales et des représentants de la Région européenne de l'OMS ont participé ensemble à un événement cycliste collaboratif organisé à Kaunas (Lituanie) en vue de promouvoir l'activité physique et de lutter contre les maladies non transmissibles. Cette activité communautaire, qui prévoyait un parcours à vélo de 10 km, l'inauguration d'une sculpture dédiée au cyclisme et la présentation des politiques mises en place par les autorités locales en matière d'activité physique, a permis de sensibiliser le public aux bienfaits conférés par l'adoption de modes de vie sains tout au long de l'existence. Le réseau actuel de pistes cyclables doit d'ailleurs être prolongé de 300 km d'ici 2020.

Parmi les participants à cet événement, il convient de mentionner des maires et des dirigeants locaux, notamment le professeur Irena Misevičienė, présidente de l'Association lituanienne du Réseau Hôpitaux-santé et point focal du Réseau Régions-santé. Le maire de la municipalité du district de Kaunas, Makūnas Valerijus, a présenté un excellent exposé dans lequel il a mis en évidence le lien existant entre, d'une part, l'investissement environnemental, touristique, développemental et financier dans l'infrastructure et, d'autre part, les retombées favorables pour la santé. Le vice-recteur de l'Université lituanienne des sports, Albert Skurvydas, a également évoqué les bienfaits de l'activité physique et ses incidences dans la vie quotidienne. La ville a ensuite dévoilé son plan de prolongement du réseau de pistes cyclables.

Les pays de la Région européenne adoptent une stratégie en vue de promouvoir l'activité physique

Cette manifestation s'est déroulée juste après la clôture de la réunion de gouvernance annuelle destinée aux États membres de la Région européenne de l'OMS, et organisée en 2015 à Vilnius (Lituanie). À cette occasion, les pays ont adopté une stratégie visant à accroître l'activité physique dans la Région. La pratique d'une activité physique au quotidien et la réduction des comportements sédentaires jouent un rôle important dans la relève des défis sanitaires et la lutte contre les maladies. 

Pour améliorer la santé cardiaque et diminuer la prévalence des maladies non transmissibles, l'OMS recommande de réduire l'inactivité physique de 10 % d'ici 2025, ce qui contribuera également à la réalisation de trois autres objectifs sanitaires dans les mêmes délais, à savoir : 

  • une réduction de 25 % du risque de mortalité prématurée imputable aux maladies cardiaques, au cancer, au diabète ou aux affections respiratoires ; 
  • une réduction similaire de la prévalence de l'hypertension ;
  • l'endiguement de la très grave épidémie de diabète et d'obésité. 

Ce problème dépasse le cadre de la santé et nécessite par conséquent l'adoption d'une approche pangouvernementale en vue d'améliorer les conditions et la qualité de vie. Dans de nombreuses villes, l'aménagement urbain constitue un moyen essentiel d'assurer la pratique quotidienne de l'activité physique, étant donné que les populations vivent souvent loin de leur lieu de travail ou ont peu de pistes cyclables, de trottoirs ou de parcs à leur disposition. La culture du travail et de l'éducation doit évoluer afin de reconnaître l'importance de l'activité physique et exhorter les populations à utiliser un mode de transport actif (la marche ou le vélo) pour se rendre à l'école ou au bureau.

L'OMS/Europe a conçu un « outil d'évaluation économique des effets sanitaires » afin de calculer les retombées économiques de l'activité physique. Ce dernier permet de convertir les heures consacrées à la pratique de la marche ou du vélo en années de vie sauvées et en frais généraux et médicaux ainsi économisés.

L'initiative menée en Lituanie constitue un excellent exemple de collaboration intersectorielle au niveau local en vue de proposer, aux citoyens, des choix de vie sûrs et sains dans le cadre de leur travail et de leurs loisirs, et de leur permettre de mener une meilleure existence en réduisant ainsi les risques sanitaires et en améliorant leur bien-être.