Selon une étude sur le Monténégro, des taxes sur le tabac et les boissons sucrées peuvent sauver des vies

WHO

Une nouvelle étude de l’OMS a révélé qu’une augmentation des taxes grevant les produits du tabac et les boissons sucrées aurait un impact positif important contre la mortalité prématurée et pour la prévention de nouveaux cas de maladie ces 20 prochaines années. Par ailleurs, si les taxes étaient introduites comme le recommande l’OMS, elles augmenteraient les recettes des pouvoirs publics et leur permettraient de réaliser d’énormes économies sous la forme d’une diminution des dépenses engendrées par les traitements et l’absentéisme au travail. Les résultats de cette étude indiquent qu’une hausse des taxes grevant ces produits serait un outil puissant pour aider le Monténégro à atteindre les objectifs nationaux et mondiaux en rapport avec la réduction du surpoids et de l’obésité, ainsi qu’avec une diminution de la prévalence du tabagisme.

Pour faire ces prévisions, on a recouru à une microsimulation informatique. En exploitant les meilleures données disponibles sur le Monténégro, cette microsimulation a permis d’étudier l’évolution de la prévalence de l’obésité et du tabagisme jusqu’en 2035, et ce en fonction de plusieurs scénarios prévoyant l’introduction de diverses politiques. Se fondant sur l’évolution de la prévalence de l’obésité et du tabagisme, l’équipe ayant réalisé l’étude a été en mesure d’évaluer le nombre de nouveaux cas de maladies qui seraient évités moyennant différentes politiques fiscales. Ceci a ensuite permis aux chercheurs de calculer les avantages potentiels en termes d’allègement de la charge pour la santé et de diminution des frais directs encourus pour soigner des maladies en rapport avec l’obésité et le tabagisme. Un rapport complet sur cette étude devrait être publié au printemps.

Les taxes peuvent améliorer la santé tout en produisant des gains sur le plan économique

Les réformes fiscales ont été mesurées par rapport à un scénario de départ ne prévoyant pas de changement dans les politiques fiscales actuelles. Il a été démontré que ces réformes réduisaient la consommation de tabac et éloignaient les facteurs de risque pour l’obésité, contribuant ainsi à sauver des vies et à prévenir des maladies. L’impact économique d’une réduction de la prévalence du tabagisme était tout aussi net : si le Monténégro atteignait l’objectif de l’OMS consistant à faire reculer le tabagisme de 30 % chez les adultes pour 2025, la valeur monétaire des vies sauvées serait d’au moins 309,93 millions d’USD, par rapport à un scénario sans changement. La valeur des vies sauvées passe à plus de 2,1 milliards d’USD si des droits d’accise supplémentaires sont introduits.

Pour l’obésité, l’introduction d’une taxe supplémentaire de 20 % sur les boissons sucrées en 2018 réduirait la consommation de ce type de boissons, aurait une influence positive sur les taux de surpoids et d’obésité et ferait baisser les coûts directs des soins de santé. D’ici à 2035, les avantages pécuniaires seraient de l’ordre de 250 à 271 millions d’USD au Monténégro.