Lancement de la campagne de sensibilisation contre l’alcoolisme « En toute sobriété » en République de Moldova

WHO

Member of a flash mob organized by the Association of Medical Students and Residents for the launch of national alcohol awareness campaign in Chisinau

Cette campagne nationale, qui a été lancée le 12 février 2014 et incite la population à la sobriété, vise à mieux faire comprendre les problèmes causés par la consommation nocive d’alcool. Il s’agira en particulier de faire passer le message, auprès des femmes enceintes, que toute quantité d’alcool est dangereuse pour le fœtus et de rappeler aux conducteurs de ne jamais conduire en ayant bu.

Le docteur Andrei Usatîi, ministre de la Santé, a donné le coup d’envoi de cette campagne au cours d’une conférence de presse à Chisinau : « La consommation nocive d’alcool est l’un des facteurs de risque les plus importants. Il faut des actes concrets pour limiter ses répercussions sur le plan sanitaire et social ; par exemple, en rendant l’alcool moins facilement accessible, en augmentant l’âge limite, en repérant les personnes à haut risque, en prévoyant des programmes d’encadrement par des conseillers, en interdisant la publicité pour l’alcool, et – dernier point mais non le moindre – en menant des campagnes de communication sur l’alcool », a-t-il déclaré.

L’heure du changement

Les chiffres enregistrés pour la consommation d’alcool et les décès dus à l’alcoolisme en République de Moldova sont parmi les plus élevés de la Région européenne de l’OMS. Réduire la consommation d’alcool est donc devenu un objectif prioritaire pour le gouvernement, qui a adopté le programme national de lutte contre l’alcoolisme pour la période 2012-2020.

Des progrès notables ont déjà été réalisés. Ils portent sur :

  • le relèvement de l’âge minimum pour pouvoir acheter de l’alcool ;
  • la limitation des heures durant lesquelles on peut vendre de l’alcool ;
  • la hausse du prix minimal des produits à base d’alcool fort ;
  • l’augmentation des droits indirects à payer pour certaines boissons alcoolisées ;
  • l’abaissement à 0,3 g/l du niveau légal d’alcool dans le sang pour les conducteurs.

Pourtant, la population n’est pas encore très consciente des effets nocifs de l’alcool. Selon les résultats d’une étude de référence (mai-juin 2012) sur les connaissances, les attitudes et les pratiques des consommateurs d’alcool, 69 % d’entre eux ne s’inquiètent pas ou s’inquiètent peu du fait que l’alcool peut nuire à leur santé un jour, et 81 % n’ont pas l’intention de réduire leur consommation d’alcool.

Faire participer tous les secteurs de la société

Le coup d’envoi de la campagne a été marqué notamment par un « flash mob » organisé par l’Association des étudiants en médecine et des internes dans le plus grand centre commercial de la municipalité de Chisinau. Les représentants de cette association ont également distribué aux visiteurs des T-shirts, des casquettes portant le logo de la campagne (image d’une bouteille contenant une fleur), des brochures et de vraies bouteilles contenant des fleurs.

Au cours de la campagne, des messages adaptés aux groupes cibles seront diffusés par le biais d’émissions de télévision et de radio, de publicités dans l’espace public, de brochures, de dépliants et d’affiches, de « flash mobs » et d’événements rassembleurs. Différents secteurs déploieront des activités, notamment la police, les étudiants en médecine et internes, les centres de santé publique et de soins de santé primaires, et les organisations non gouvernementales.

Collaboration avec l’OMS

Au cours d’une conférence de presse organisée à propos de la campagne, des responsables de l’OMS ont exhorté l’ensemble de la population – tout autant que les groupes cibles de la campagne – à limiter ou à éviter l’usage de l’alcool : le programme national de lutte contre l’alcoolisme montre la marche à suivre. La situation peut changer en République de Moldova, comme ce fut le cas dans nombre d’autres grands pays producteurs de vin, p. ex. la France, l’Italie et l’Espagne.

Le ministère de la Santé mène la campagne « En toute sobriété » en collaboration avec l’OMS. Ces activités font partie d’un projet d’assistance technique au secteur de la santé. Ce projet est financé par l’Union européenne, coordonné par l’OMS et lié à l’appui budgétaire en faveur de la République de Moldova.