La Fédération de Russie obtient des résultats grâce à une stratégie globale de lutte contre le tabagisme

WHO

En 7 ans à peine, une stratégie globale de lutte contre le tabagisme a aidé les pouvoirs publics de la Fédération de Russie à réduire fortement le nombre de fumeurs.

Selon un rapport de l’OMS, la stratégie antitabac de la Fédération de Russie a, entre 2009 et 2016, fait reculer les ventes de tabac de près de 30 % et réduit de 21 % le nombre de fumeurs. Ce rapport, intitulé « Tobacco control: a comprehensive approach at country level in the Russian Federation » [Lutte antitabac : une stratégie nationale globale en Fédération de Russie], décrit les initiatives et les changements de politique qui ont permis ces résultats.

Au début du XXIe siècle, la Fédération de Russie faisait partie des pays où la prévalence du tabagisme était la plus élevée au monde. Près de 40 % de la population adulte consommait du tabac sous l’une ou l’autre forme. La Fédération de Russie enregistrait même une augmentation du nombre de jeunes adultes et femmes consommant du tabac de manière régulière.

Confronté à cette situation, le gouvernement a décidé de rejoindre l’OMS dans sa lutte contre l’épidémie de tabagisme en ratifiant la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac en 2008, et en appliquant tout un éventail de mesures de lutte contre le tabagisme.

Une stratégie d’envergure

En 2013, la Russie a adopté la loi 15 FZ, l’une des lois antitabac les plus complètes au monde, et en 2014, elle a enregistré sa plus importante baisse des ventes de produits du tabac.

Cette loi instaure notamment :

  • une interdiction complète de fumer dans les lieux publics, notamment dans les zones adjacentes à des établissements médicaux, éducatifs, sportifs et culturels ;
  • une interdiction de vendre toute forme de tabac sans fumée à consommer par voie orale ;
  • une interdiction totale de la publicité, de la promotion et des parrainages en rapport avec des produits du tabac ;
  • des augmentations annuelles du prix des produits du tabac.

La loi 15 FZ s’inscrit dans la lignée de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, un traité juridiquement contraignant ratifié par 181 pays du monde entier.

Les taxes pourraient sauver 11 millions de vies

On sait que les augmentations des taxes sur le tabac font diminuer la consommation plus rapidement que toute autre mesure. L’OMS estime que si tous les pays augmentaient de 50 % la taxe exigée sur les paquets de cigarettes, il y aurait 49 millions de fumeurs en moins, et 11 millions de décès au minimum pourraient être évités à l’échelle mondiale.

Dès lors, l’OMS recommande qu’une augmentation de la taxation soit l’un des éléments clés de toute stratégie visant à faire reculer la consommation de tabac. Non seulement cette augmentation ferait-elle fortement baisser les ventes et la consommation de tabac dans le pays (parallèlement à d’autres mesures de lutte antitabac), mais elle doperait également les recettes fiscales.

La durabilité passe notamment par un recul du tabagisme

La Russie n’est pas la seule à baser ses efforts de lutte contre le tabac et les maladies dues au tabac sur la Convention-cadre de l’OMS.

En 2015, les Nations Unies ont couché sur le papier les 17 objectifs de développement durable (ODD) pour 2030. L’ODD 3.4 vise à réduire d’un tiers le nombre de décès prématurés dus à des maladies non transmissibles telles que celles provoquées par le tabac. La cible 3a contraint expressément les pays à renforcer la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, afin de participer au combat contre les maladies non transmissibles.

Faire de la lutte contre le tabagisme et de la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac l’un des objectifs clés des ODD montre une prise de conscience de l’ampleur de l’épidémie de tabagisme. Cela indique également que tous les pays devraient faire de la lutte contre le tabagisme une priorité et s’engager à mettre en œuvre des mesures radicales contre le tabac.