Cours sur le financement de la santé – la couverture sanitaire universelle Encore une réussite !

Robert Ramos

Le cinquième Cours de Barcelone sur le financement de la santé a eu lieu du 16 au 20 mars 2015 à Barcelone (Espagne). Consacré à la couverture sanitaire universelle, il fut l'occasion d'examiner les moyens d'améliorer la performance des systèmes de santé grâce à une meilleure politique de financement des soins de santé.

Il a réuni 54 participants de 25 pays de la Région européenne de l'OMS. Il a été conçu et assuré par le Bureau de l'OMS à Barcelone pour le renforcement des systèmes de santé, en collaboration avec l'Équipe des politiques du financement de la santé du siège de l'Organisation. Parmi les participants figuraient des fonctionnaires, des cadres et des experts de caisses d'assurance maladie, ainsi que des représentants d'institutions de santé publique, du monde universitaire et d'organisations internationales donatrices.

À propos du cours

Le cours interactif s'articule autour des grands dossiers stratégiques liés à la collecte de recettes, la mise en commun de fonds, les achats et le régime des prestations. Il met systématiquement en lumière les instruments politiques et leur l'impact sur la protection financière, l'équité, l'efficacité, la qualité des soins et la transparence.

Le cours combine une réflexion d'ensemble sur les systèmes de santé et le financement, conjointement avec des outils utiles pour l'analyse ainsi que pour la conception et la mise en œuvre de politiques. Tout au long de cette formation, les participants se voient présenter des exemples de pays, s'emploient à résoudre des cas réels et nouent des relations professionnelles durables.

À titre de défi, les participants de cette année ont eu l'occasion d'organiser une véritable réforme structurelle dans un pays. Ont également été abordées une série de problématiques clés, auxquelles les États membres sont confrontés lorsqu'ils s'efforcent de progresser vers une couverture sanitaire universelle et de trouver les moyens de la maintenir dans les périodes de difficultés économiques. 

Commentaires des participants

« L'aspect le plus important du cours, c'est la possibilité d'échanger des données d'expérience et d'apprendre ce que font les pays pour assurer la couverture sanitaire universelle et protéger leurs populations en cas de crises financières. Nous pouvons appliquer cette expérience dans mon pays pour améliorer la qualité des soins de santé et la protection financière des patients », a déclaré Nicolae Jelamschi, secrétaire d'État à la santé de la République de Moldova.

« Deux points important peuvent être dégagés : d'abord, la qualité des conférenciers et du matériel du cours, avec des informations récentes et des exemples nationaux utiles ; ensuite, la possibilité de travailler en réseau avec tous les participants au cours », a expliqué Severin Rakic, chef de l'Institut de la santé publique de la Republika Srpska (Bosnie-et-Herzégovine). 

« J'aime le fait que le cours soit interactif, et que nous ayons très souvent l'occasion d'émettre des commentaires et de poser des questions. Ce cours n'est pas seulement de la théorie », a ajouté Tony Flynn, assistant principal au Département irlandais de la santé.
« J'apprécie beaucoup la diversité des participants. En outre, le matériel du cours est excellent, tout comme sa présentation. Cela m'aide beaucoup à considérer mon travail quotidien d'un point de vue différent … avec des connaissances plus vastes et approfondies, » a expliqué Martin Van Den Boom, conseiller technique à l'OMS/Europe. 

« Les cas de pays ont vraiment constitué un moment fort. Il est intéressant d'appliquer dans la vie réelle les connaissances acquises au cours. Les participants ont vraiment apporté leur contribution, et c'était très amusant. Je suis très content de ma participation », a déclaré Panagiotis Papadopoulos, conseiller scientifique au Parlement grec.