La dépression en Europe

Fotolia

Si la dépression peut être traitée, environ 50 % des dépressions majeures ne le sont toujours pas. L'OMS encourage les personnes qui pensent souffrir de dépression à demander conseil, tout en rappelant aux médecins de faire preuve de vigilance et de surveiller les symptômes. La Journée mondiale de la santé mentale est célébrée le 10 octobre.

La dépression représente un grand défi majeur pour tous les systèmes de santé de la Région européenne de l'OMS. Ses importants coûts sociaux, économiques et en termes de personnel, ainsi que la proportion élevée de personnes non traitées et ce, malgré l'offre de soins efficaces et peu onéreux, témoignent de la possibilité et de la nécessité de relever ce défi.

Reconnaître la dépression – chercher de l'aide et l'accepter 

La Journée mondiale de la santé mentale, célébrée le 10 octobre 2012, met l'accent sur la dépression : la première cause d'invalidité dans le monde. Bien qu'au moins 350 millions de personnes en souffrent, beaucoup ne veulent souvent pas l'admettre. La honte ainsi qu'un sentiment d'impuissance personnelle sont encore associés à la dépression. Les personnes souffrent en silence au travail, incapables d'accomplir leur tâche, ou partent en congé de maladie, parfois pendant de longues périodes.

Les personnes atteintes de dépression peuvent être réticentes à demander de l'aide, même si des traitements efficaces sont disponibles. Ce trouble leur inflige des souffrances inutiles, et représente un lourd fardeau pour les proches ainsi qu'un coût élevé pour la société en raison de la perte de productivité.

La dépression : le principal facteur contribuant aux problèmes de santé mental en Europe

Une personne sur sept souffre d'un sévère trouble de l'humeur au cours de l'existence. Chaque année, environ 7 % de la population sont atteints d'une dépression majeure. Cette proportion dépasse les 25 % si l'ont tient compte de l'anxiété et des formes légères de dépression.

La dépression : la raison la plus fréquemment invoquée pour l'invalidité et les congés de maladie de longue durée

Les troubles mentaux représentent environ 20 % de la charge de morbidité dans la Région européenne, et cette proportion atteint même 26 % dans les pays de l'Union européenne (UE). La dépression est, à elle seule, responsable d'environ 15 % du nombre total de jours vécus avec une invalidité. Dans certains pays, comme le Danemark et les Pays-Bas, jusqu'à 50 % des congés de maladie de longue durée et des prestations d'invalidité sont imputables aux troubles mentaux, principalement à la dépression.

La dépression : un trouble contribuant aux maladies non transmissibles

La dépression peut être aussi à l'origine d'hypertension, d'infarctus du myocarde et d'accidents vasculaires cérébraux. En outre, et comme semblent l'indiquer certaines études menées à ce sujet, elle provoque probablement le cancer. À leur tour, les maladies cardiovasculaires, le cancer et le diabète entraînent une augmentation de la dépression. La combinaison des maladies non transmissibles et des facteurs de risque est associée à un accroissement de la souffrance et de la mortalité.

La dépression : un trouble fréquent mais ignoré

Si environ 25 % des personnes consultant leur médecin de famille souffrent de dépression, le personnel des soins de santé s'en rend rarement compte.
Environ 50 % des personnes souffrant de dépression ne reçoivent aucune forme de traitement, un phénomène qui s'explique à la fois par un sentiment de honte et de déni, le manque de services et/ou l'incapacité des professionnels de santé à identifier le problème.

Le traitement efficace de la dépression

Les antidépresseurs sont largement prescrits : chaque année, environ 10 % de la population adulte en consomment. Les psychothérapies se sont avérées tout aussi efficaces, et la thérapie cognitivo-comportementale constitue également un traitement très usité. Des interventions éprouvées sont de plus en plus disponibles sur l'Internet, et permettent l'auto-assistance.

Les services de santé mentale sont confrontés au défi de rendre largement disponibles les interventions efficaces, dispensées par un personnel compétent. Les patients doivent se sentir en sécurité lorsqu'ils consultent des services de santé mentale. Ils doivent être convaincus qu'ils recevront un traitement à la fois performant et respectueux.