Le Tadjikistan introduit le vaccin antirotavirus pour protéger les enfants des maladies diarrhéiques

WHO

Le docteur Jafarov Navruz, vice-ministre de la Santé, vaccine le premier enfant à recevoir le vaccin antirotavirus dans le cadre du programme de vaccination systématique au Tadjikistan.

Lors d’une cérémonie de lancement officiel organisée le 8 janvier 2015, le Tadjikistan est devenu le 14e pays de la Région européenne de l’OMS à introduire le vaccin antirotavirus dans son programme national de vaccination, et le 4e à entreprendre une telle démarche grâce au soutien généreux de l’Alliance GAVI. 

Au Tadjikistan, la diarrhée grave provoque tous les ans des centaines de décès infantiles évitables, et les données de la surveillance indiquent que le rotavirus est responsable de près de 40 % des hospitalisations dues à cette maladie. La vaccination constitue le moyen le plus efficace de protéger les enfants des infections à rotavirus, et l’administration du vaccin à tous les enfants à l’âge de 2 et 4 mois entraînera par conséquent une diminution significative de la morbidité et de la mortalité infantiles au Tadjikistan.

Préparer les vaccinateurs et renforcer le soutien au niveau national

Dans le cadre des préparatifs entrepris au niveau national pour l’introduction du nouveau vaccin, l’OMS/Europe a aidé le ministère de la Santé et de la Protection sociale à constituer un vivier d’agents de santé en vue de mener des activités de formation en cascade dans toutes les régions du Tadjikistan. Celles-ci ont essentiellement porté sur les bases factuelles étayant l’introduction du vaccin antirotavirus, l’épidémiologie du rotavirus, les bienfaits de la vaccination pour les nourrissons, l’injection du vaccin, les contre-indications, les précautions et les effets indésirables éventuels.

À des fins de sensibilisation et pour garantir un soutien massif à cet égard, l’OMS et le Centre républicain d’immunoprophylaxie du ministère ont tenu une conférence nationale sur l’introduction du vaccin antirotavirus le 30 octobre 2014 pour divers départements ministériels et le milieu universitaire médical. En outre, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) soutient l’élaboration d’une stratégie de communication et d’activités de formation dans ce domaine à l’adresse des pédiatres et des médecins de famille mettant en œuvre le programme de vaccination dans le pays.

Soutien de l’Alliance GAVI 

L’Alliance GAVI et ses partenaires ont l’intention de soutenir l’introduction de vaccins antirotavirus dans plus de 30 des pays les plus pauvres du monde. Dans la Région européenne, l’Arménie, la Géorgie, la République de Moldova et l'Ouzbékistan
ont bénéficié de cette aide.