Les journalistes du Tadjikistan apprennent à mieux communiquer au sujet du tabac

WHO

During the training, journalists took part in exercises designed to help expand their ability to access and use online data sources

S’agissant de sensibiliser aux dangers du tabagisme et de renforcer le soutien de la population aux projets de lutte contre le tabac, les journalistes peuvent jouer un rôle unique, essentiel. Pour cette raison, le Tadjikistan a accueilli un atelier de 2 jours organisé par l’OMS/Europe. Cet atelier, qui a eu lieu les 30 et 31 mars 2017 à Douchanbé, a réuni près de 30 acteurs des médias (ainsi que des représentants de ministères, d’organisations du secteur de la santé et de l’association pour la protection des consommateurs) afin de leur apprendre à mieux communiquer au sujet du tabac.

Diffuser le savoir, fournir des ressources

Cet atelier visait à apporter aux participants les connaissances et les ressources qui leur sont nécessaires pour évoquer avec précision et efficacité la situation du Tadjikistan en matière de tabagisme et l’importance capitale de mesures de lutte radicales contre le tabac.

La prévalence du tabagisme est relativement faible dans ce pays (17 % pour les hommes et 0,3 % pour les femmes), mais cela fera du Tadjikistan une cible idéale pour l’industrie du tabac dans les années à venir. Dans ses projets de marketing, l’industrie du tabac aura probablement les femmes et les jeunes en point de mire. Il sera essentiel pour le Tadjikistan de mettre en œuvre des mesures musclées contre le tabagisme avant que l’industrie du tabac n’ait l’opportunité d’avancer ses pions.

Par ailleurs, des projections indiquent que le tabagisme pourrait contribuer au décès prématuré de pas moins de 233 000 des 467 100 fumeurs vivant aujourd’hui au Tadjikistan. Ceci justifie amplement de faire de la lutte contre le tabagisme l’une des priorités au Tadjikistan, et les journalistes peuvent contribuer à cette démarche par leur argumentation.

« Cet atelier a été une expérience positive, utile et très nécessaire pour notre communauté », a déclaré Shamsullo Fozilov, du journal Faraj. « Les statistiques et les graphiques ont été particulièrement utiles et ont donné une description visuelle de la situation sous divers aspects. Je prévois d’utiliser toutes ces statistiques afin de préparer un article pour mon journal. »

Se baser sur les statistiques et l’expérience des pays pour mieux informer

Les participants à l’atelier se sont vu présenter les principaux effets du tabagisme actif et passif sur la santé ainsi qu’un récapitulatif de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Ce récapitulatif incluait des projections fondées sur le modèle SimSmoke pour la lutte antitabac, montrant comment la mise en œuvre intégrale de la Convention-cadre pourrait contribuer à limiter la prévalence du tabagisme au Tadjikistan.
Les participants ont également pu s’informer au sujet du Manuel de la lutte antitabac, publié l’année dernière, et ont eu l’opportunité de participer à des exercices de simulation sur les applications de ce manuel dans la vie réelle.

Cet atelier avait pour thème l’exploitation de données pour une communication sur le tabac. Il comprenait 2 sessions dirigées par un expert, qui portaient sur les sources de données accessibles aux journalistes concernant le tabac. La seconde de ces sessions a consisté en des exercices pratiques permettant aux participants de s’immerger dans ces données et d’améliorer leur capacité à les exploiter dans le cadre de leur travail.

Par ailleurs, cet atelier a mis résolument l’accent sur l’apprentissage grâce à l’expérience acquise par d’autres pays ayant appliqué avec succès des politiques de lutte antitabac, et des exemples ont été donnés tout au long du programme. L’une des sessions a été consacrée à un examen approfondi de la législation antitabac en Fédération de Russie (le processus menant à l’adoption des lois, la mise en œuvre de ces dernières, les campagnes de sensibilisation de la population à la lutte antitabac, et l’impact de ces mesures).

Le temps fort de cet atelier a été l’exploitation, par les participants, de toutes les informations et les ressources des 2 journées précédentes afin d’imaginer une histoire sur une législation antitabac. Il est probable que cette histoire sera présentée au Parlement tadjik dans les prochains mois.

Il s’agissait du troisième atelier sur le tabac organisé par l’OMS/Europe pour les acteurs des médias. Le premier a eu lieu à Achgabat (Turkménistan) en décembre 2015, et le deuxième à Moscou (Fédération de Russie) en avril 2016. L’OMS/Europe a organisé ces ateliers dans le contexte de l’Office européen pour la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles, financé par le ministère de la Santé de la Fédération de Russie.