La lutte antitabac entame une nouvelle phase en Turquie : les responsables visent désormais la durabilité des mesures

WHO

Dr Recep Akdağ, the Minister of Health of the Republic of Turkey, speaks at the tobacco control event in Ankara, with large-scale examples of plain packaging on either side of the lectern.

Plus de 100 représentants d’institutions publiques, du monde universitaire et d’organisations non gouvernementales (ONG) se sont réunis à Ankara le 9 février 2017 pour examiner les mesures prises récemment afin de renforcer la lutte antitabac en Turquie, et planifier les actions à mener dans ce domaine.

« Aujourd’hui, je me réjouis de voir l’engagement multisectoriel suscité par le monde universitaire, les ONG, l’OMS et d’autres partenaires envers la lutte antitabac », a déclaré le docteur Recep Akdağ, ministre turc de la Santé. « Plusieurs nouvelles politiques et lois vont entrer en vigueur ces prochains jours. Par exemple, nous sommes désormais prêts à introduire l’emballage neutre. Nous disposons aussi de nouvelles pratiques pour renforcer l’application de l’interdiction de fumer. Nous sommes enfin déterminés à assurer la durabilité de ces mesures. Nous le faisons pour l’avenir de nos enfants, de nos jeunes et de notre société. »

La lutte contre le tabagisme fait partie intégrante des objectifs de développement durable, avec la cible 3.a qui vise à « renforcer dans tous les pays, selon qu’il convient, l’application de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac ».

Les technologies au service de la lutte antitabac

Au cours de la réunion, les docteurs Akdağ et Mücahit Öztürk, président de la Société turque du Croissant-Vert, ont annoncé ensemble le lancement du « détecteur vert », une nouvelle application mobile qui permet aux citoyens d’alerter les équipes de santé au sujet des violations de l’interdiction de fumer à l’intérieur. Celle-ci doit couvrir l’ensemble du territoire national.

« Grâce à cette application, nous pouvons utiliser les atouts technologiques afin que les citoyens puissent très facilement et rapidement alerter les autorités compétentes s’ils observent toute violation de l’interdiction de fumer à l’intérieur », a expliqué le docteur Öztürk. « Mais ce n’est pas seulement un mécanisme d’alerte, c’est aussi un symbole de la mobilisation des efforts en faveur de la lutte contre le tabagisme. » L’application a été mise au point par la Société turque du Croissant-Vert, l’un des principaux acteurs de la lutte contre les substances addictives en Turquie.

La réunion a également abordé le sujet du sevrage tabagique. Le docteur Dongbo Fu, conseiller technique dans ce domaine au Siège de l’OMS, a informé les participants des résultats d’une étude récemment menée sur les services de sevrage tabagique en Turquie. Le pays a mis en place un système complet de traitement et de sevrage tabagiques afin d’aider les fumeurs à arrêter. Chaque année, 3,5 % de l’ensemble des consommateurs de tabac profitent de ce système. Le taux de sevrage tabagique chez les personnes bénéficiant de services spécialisés à cet égard, combinés à la prise de médicaments, est supérieur à 32 %. L’étude révèle que l’intégration de technologies telles que la messagerie textuelle peut améliorer ces services.

« Nous nous félicitons du soutien concret apporté par la Société du Croissant-Vert et l’OMS à la lutte antitabac », a déclaré le docteur Cevdet Erdöl, recteur de l’Université des sciences de la santé. « Ces efforts montrent que la collaboration multisectorielle permet de contrer et de relever les défis du tabagisme. »

La Turquie s’apprête à introduire l’emballage neutre

La réunion fut l’occasion pour le gouvernement turc d’exprimer son soutien à l’introduction de l’emballage neutre, une mesure conçue pour réduire l’envie de fumer. « Nous, le Parlement, sommes disposés à appuyer l’introduction de l’emballage neutre », a déclaré le docteur Necdet Ünüvar, membre du Parlement. « Notre expérience dans le domaine de la lutte antitabac et l’important soutien apporté par la société à cet égard ouvriront en outre la voie à l’application de cette mesure. »

Si la réunion a spécifiquement porté sur les nouvelles initiatives de lutte antitabac dans le pays, le docteur Vural Kavuncu, chef de la Commission de la santé, de la famille et du travail de la Grande assemblée nationale de Turquie, a rappelé aux participants que son pays joue le rôle de chef de file dans ce domaine depuis un certain temps. « La Turquie fut le premier pays à remplir l’ensemble des 6 critères des mesures MPOWER de l’OMS », a-t-il ajouté. « Nous avons une longue tradition de lutte antitabac, et nous continuerons nos efforts dans ce sens ; en fait, nous allons accélérer nos activités dans les prochains jours. C’est un important enjeu de santé publique. Le tabac tue et porte atteinte à la qualité de vie des populations. »