Journée mondiale du réfugié : des médecins et infirmiers syriens dispensent des soins de santé en Turquie grâce à une formation de l’OMS

« Les médecins turcs et nous travaillons comme frères et sœurs. » Ce sont les propos de Muhammed Hattab, 1 réfugié syrien parmi les plus de 3 millions d’autres séjournant actuellement en Turquie, le pays qui compte d’ailleurs le plus grand nombre de réfugiés au monde. Muhammed est médecin et a fui Alep il y a plus de 2 ans. En quittant le nord de la Syrie, il ne savait pas s’il abandonnait aussi sa profession et la carrière qu’il s’était tracée dans son pays d’origine. Cependant, grâce à un programme conjoint entre le bureau de pays de l’OMS en Turquie et le ministère turc de la Santé, il a pu entamer un nouveau chapitre de sa vie et de sa carrière professionnelle, en travaillant dans le système national de santé turc et en dispensant des soins à ses compatriotes syriens en Turquie.

En 2016, le gouvernement turc a adopté une loi qui permet aux professionnels de santé syriens de se joindre aux effectifs du système de santé turc et ce, pour à la fois les intégrer dans le système de santé et veiller à ce que les réfugiés syriens puissent se faire soigner sans se heurter à des obstacles linguistiques ou culturels. Afin que cette loi puisse être appliquée, l’Agence turque de santé publique, en association avec le ministère de la Santé et le bureau de pays de l’OMS, a mis au point une formation d’adaptation à l’adresse des travailleurs syriens de la santé séjournant en Turquie, y compris les médecins, les infirmiers et les sages-femmes. Cette initiative bénéficie de l’appui financier du Service de l’Union européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO). La formation consiste en cours pratiques et théoriques dispensés en classe. Les agents de santé syriens reçoivent ensuite un certificat qui leur permet de pratiquer leur profession dans les centres de santé pour réfugiés établis en Turquie, et de dispenser des services de santé aux réfugiés syriens.

Depuis la mise en œuvre de l’initiative en novembre 2016, plus de 380 médecins et 360 infirmiers et sages-femmes ont reçu des certificats de compétence professionnelle leur permettant de prodiguer des soins aux populations de réfugiés en Turquie. Au final, ils formeront les effectifs des 260 centres de santé et 600 unités sanitaires pour réfugiés déjà mis en place par le ministère de la Santé et planifiés à l’avenir. Ces services dispensent des soins de santé primaires gratuitement aux réfugiés syriens.

« Le projet turc est un véritable salut pour les médecins syriens », explique Mohammed. « Ce programme nous a permis d’endosser le manteau de médecin pour la première fois en 2 ans. »

L’OMS et le ministère de la Santé collaborent pour former et soutenir les agents de santé syriens

Si la profession médicale se fonde sur des principes généraux qui sont universels partout dans le monde, certaines réglementations et pratiques importantes diffèrent considérablement d’un pays à l’autre. La formation d’adaptation vise à permettre aux agents de santé syriens d’acquérir les connaissances et l’expérience nécessaires afin d’être pleinement compétents et qualifiés dans le contexte turc. Ils doivent d’abord s’inscrire au programme et passer par un processus de sélection. Une fois cette demande approuvée par le ministère de la Santé, les agents de santé suivent 1 semaine de formation en classe dispensée par des professeurs d’université et des conférenciers turcs, puis 6 semaines de formation pratique dans un centre de santé pour réfugiés. Ils sont placés pendant plusieurs semaines sous la supervision de professionnels de santé turcs afin qu’ils puissent se familiariser avec le système national de santé, et se préparer à dispenser des soins au sein même de ce système. Ils sont également évalués à chaque étape du processus de formation avant d’être officiellement autorisés à pratiquer en Turquie, une mesure qui contribue à la qualité des services dispensés aux patients syriens dans le pays.

« Ces formations ne constituent pas seulement un moyen de surmonter les barrières linguistiques, mais sont aussi un excellent exemple de collaboration entre les partenaires nationaux et internationaux en Turquie en vue d’assurer l’intégration des médecins, des infirmiers et des sages-femmes, et de leur permettre de servir la communauté des réfugiés. Nous apprécions le fait que le gouvernement turc, le ministère de la Santé et les personnels de santé turcs veillent à garantir un accès équitable aux services de santé. Il s’agit aussi d’une collaboration unique entre l’OMS, le monde universitaire et le ministère de la Santé qui donne l’exemple à d’autres pays accueillant une importante population de réfugiés et de migrants », explique le docteur Pavel Ursu, représentant de l’OMS en Turquie.

L’OMS prend en charge la formation dispensée en classe, en collaboration avec le ministère, en voulant faire en sorte que les professionnels de santé syriens disposent des connaissances théoriques essentielles pour poursuivre leur carrière. En outre, l’OMS accorde une aide financière aux stagiaires pendant la durée de la formation pratique afin de couvrir les frais de séjour et de déplacement.

Suivez les liens ci-dessous et regardez le clip vidéo pour en apprendre davantage sur le soutien apporté par l’OMS aux réfugiés syriens en Turquie.

Journée mondiale du réfugié : #Aveclesréfugiés

Chaque année, le 20 juin, le monde rend hommage à la force, au courage et à la persévérance de millions de réfugiés. Dans un monde où chaque jour la violence force des milliers de familles à fuir leur foyer pour survivre, la Journée mondiale du réfugié offre l’occasion à la communauté internationale de se montrer encore une fois solidaire avec les réfugiés. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a donc lancé en juin 2016, la pétition #Aveclesréfugiés en vue d’envoyer un message clair aux gouvernements afin qu’ils coopèrent et combinent leurs efforts pour garantir la santé et le bien-être des réfugiés du monde entier.