Sécurité et sûreté biologiques : une formation pour les professionnels des laboratoires de santé publique au Turkménistan

WHO/Eugene Gavrilin

L’OMS/Europe a organisé cette formation pour veiller à ce que les professionnels puissent empêcher la propagation accidentelle ou délibérée de maladies dans le cadre de leur travail. Cette initiative fait partie d’un projet co-financé par l’Union européenne (UE) afin de renforcer la sûreté et la sécurité des laboratoires de santé publique. À la demande du ministère de la Santé et de l’Industrie médicale du Turkménistan, 2 sessions de cours ont eu lieu à Achgabat du 30 juin au 4 juillet 2014.

Transport de substances infectieuses

Les règlements internationaux en matière de transport faisaient l’objet du premier cours, qui a permis de former et d’habiliter dans ce domaine des transporteurs de substances infectieuses provenant de laboratoires. L’accent était mis sur la catégorisation de ces substances et sur les conditions à remplir pour leur empaquetage, leur étiquetage, les documents qui les accompagnent et leur réfrigération.

Après avoir achevé avec succès cette session de cours, plus de 20 participants ont reçu l’habilitation de l’OMS pour le transport de substances infectieuses par voie aérienne, conformément aux normes internationales, en vue de répondre aux besoins de la santé publique.
Cette formation aide les professionnels de la santé publique chargés de la surveillance des maladies transmissibles (poliomyélite, rougeole, rubéole, tuberculose, grippe, etc.) et de pathogènes particulièrement dangereux.

Gestion des risques biologiques

Le deuxième cours était destiné aux professionnels travaillant dans le domaine de la gestion des risques biologiques, et avait pour but de contrer la menace des maladies infectieuses dans les laboratoires. Ce cours a donné à plus de 30 participants l’occasion d’appliquer une méthodologie efficace pour la détermination et la maîtrise des risques relevant de la sécurité et de la sûreté biologiques dans les laboratoires de biosciences. Ces participants se sont familiarisés avec les dernières avancées permettant de garantir la sûreté et la sécurité de ces laboratoires et ont acquis des compétences pratiques pour évaluer et atténuer les risques biologiques et pour contrôler la performance.

Un projet de l’OMS et de l’UE toujours en cours

Le nombre croissant de laboratoires qui, dans le monde entier, abritent de dangereux pathogènes augmente le risque de propagation accidentelle ou délibérée de maladies ayant un impact majeur sur la santé publique et la sécurité. C’est pourquoi l’UE finance depuis 2014 un projet visant à renforcer les laboratoires de santé pour limiter autant que possible les risques biologiques. L’objectif global de ce projet est de contrer au maximum les risques biologiques en renforçant la sûreté et la sécurité biologiques, la gestion de la qualité et les capacités de diagnostic.
Ce projet vient à l’appui de la mise en œuvre du Règlement sanitaire international, un cadre important pour la promotion de la sûreté et de la sécurité biologiques. L’OMS/Europe a organisé des cours similaires pour des professionnels de la santé publique issus de plus de 25 États membres de la Région européenne de l’OMS.