L’Ukraine reçoit des fournitures médicales de l’OMS dans le cadre du convoi d’aide humanitaire des Nations Unies

Plusieurs tonnes d’aide médicale de l’OMS sont arrivées la semaine dernière à Donetsk, dans le cadre d’un convoi des Nations Unies. La contribution de l’OMS consiste en produits médicaux contre le VIH et la tuberculose, de dispositifs de dépistage du VIH et de médicaments pour le traitement d’infections chez les personnes au système immunitaire fragilisé. Les kits médicaux permettront de soigner plus de 38 000 personnes touchées par le VIH/sida et 5000 souffrant de tuberculose à Donetsk et à Lougansk.

Un total de 62 tonnes d’aide humanitaire a été livré à Donetsk, notamment des produits d’hygiène essentiels, des vêtements chauds, des couvertures, du lait en poudre condensé et de l’eau potable. Les fournitures proviennent de l’OMS, du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Les soins de santé et les services de santé particulièrement surchargés

« Les soins de santé et les services de santé subissent de très lourdes contraintes dans les régions d’Ukraine touchées par le conflit », a déclaré le docteur Dorit Nitzan Kaluski, représentant de l’OMS en Ukraine.

L’accès aux soins est extrêmement limité en raison de la destruction des services et établissements de santé, des problèmes financiers (défaut de paiement des professionnels de santé et incapacité des patients à effectuer des paiements directs) et d’un sérieux manque de fournitures médicales. Les personnes déplacées souffrant de tuberculose ne font toujours pas l’objet d’un suivi, et les personnes séropositives n’ont pas accès aux médicaments. En outre, la surveillance des maladies est insuffisante, et les flambées épidémiques peuvent avoir des conséquences catastrophiques.

« Grâce au généreux soutien de la Commission européenne, du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et des gouvernements canadien, estonien et israélien, l’OMS collabore avec les partenaires du groupe de responsabilité sectorielle Santé en vue de combler ces nombreuses lacunes et de fournir une aide essentielle aux personnes nécessitant un accès aux soins, aux vaccins et d’autres services d’urgence et de santé publique », a ajouté le docteur Nitzan Kaluski.

Parmi le nombre estimé de 5 millions de civils touchés par la crise en Ukraine, ceux qui vivent dans les zones de combat sont particulièrement vulnérables, car ils ont un accès limité à l’aide humanitaire. Le convoi interinstitutions ne constitue qu’une des nombreuses initiatives des Nations Unies et de ses partenaires humanitaires afin de venir en aide aux populations dans le besoin.

Avec les organisations humanitaires opérant en Ukraine, l’UNHCR, l’UNICEF et l’OMS sont préoccupés par l’absence d’accès humanitaire sécurisé pour apporter une aide aux enfants et familles victimes du conflit dans le pays. Depuis mars 2014, plus de 1 million de personnes ont été déplacées à l’intérieur de l’Ukraine, dont plus de 134 000 enfants.