Ukraine : lancement d’une campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite

Ukrinform

Le vice-ministre de la Santé, le docteur Ihor Perehinets, lance la campagne de vaccination contre la poliomyélite en Ukraine.

Une campagne nationale de vaccination au moyen du vaccin antipoliomyélitique oral a été lancée aujourd'hui en Ukraine en vue de lutter contre une flambée de poliomyélite dans le pays. L'OMS se réjouit de la décision prise par le ministère de la Santé qui est conforme aux directives internationales et s'inscrit dans le cadre d'une intervention intégrée à cet égard. 

« Maintenant que la campagne est en cours, nous demandons aux prestataires de soins de santé et aux parents ukrainiens d'exercer leur droit et d'assumer leur responsabilité afin de vacciner sans attendre tous les enfants des groupes d'âge désignés et, ainsi, de mettre fin à la transmission de ce redoutable virus », a déclaré le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe. 

La première phase de la campagne visera 2,85 millions d'enfants de moins de 6 ans. Au moins deux autres tournées, dont l'une ciblant 4,75 millions d'enfants âgés de 10 ans ou moins, seront ensuite organisées à 1 mois d'intervalle. Le vaccin est offert gratuitement à tous les enfants des groupes d'âge désignés.

Première flambée de poliomyélite dans la Région européenne depuis 2010

Le 1er septembre, le ministre ukrainien de la Santé a annoncé que la poliomyélite était à l'origine de la paralysie observée chez deux enfants âgés de 10 mois et 4 ans de la région de Transcarpatie, dans le sud-ouest du pays.

Comme la paralysie se produit dans environ 1 infection par la poliomyélite sur 200, cela signifie que pour chaque cas dépisté, des centaines de personnes ont en fait été infectées. Jusqu'à présent, aucun autre cas n'a été détecté, mais des millions d'enfants insuffisamment vaccinés sont particulièrement vulnérables. 

Lutte contre la flambée épidémique

Les lignes directrices et les protocoles internationaux à ce sujet stipulent que même un seul cas de poliomyélite constitue une flambée épidémique nécessitant la prise de mesures d'urgence. Depuis la confirmation des cas de poliovirus en Ukraine, l'OMS et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) apportent une aide technique et sur place au ministère de la Santé en vue de planifier des activités de vaccination supplémentaires à grande échelle, de renforcer la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë (et de la poliomyélite), d'intensifier la surveillance de l'environnement et de former des agents de santé afin qu'ils puissent répondre aux questions au sujet du vaccin et l'administrer. 

L'OMS procède également à une évaluation en vue de déterminer le risque ainsi que les voies de transmission possibles du virus sur le territoire ukrainien et au-delà des frontières nationales. Le risque de propagation de cette souche dans le pays est considéré comme élevé en raison de la faible couverture vaccinale contre la poliomyélite. L'OMS estime actuellement qu'une propagation internationale du virus à partir de l'Ukraine risque peu de se produire, mais elle fait remarquer que la région infectée est limitrophe de quatre pays, à savoir la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie. L'OMS continue de surveiller étroitement la situation.

Tous les enfants doivent être protégés

Le vaccin antipoliomyélitique oral constitue le moyen le plus efficace de stopper la propagation du poliovirus et d'assurer l'immunité collective. L'UNICEF s'est procuré les vaccins nécessaires pour juguler la flambée épidémique grâce à un financement du gouvernement canadien. Ceux-ci ont été livrés à l'Ukraine en stricte conformité avec les normes de l'OMS concernant le conditionnement, l'expédition et le stockage, y compris la surveillance et l'évaluation des fluctuations de température. Par précaution de sécurité supplémentaire, chaque flacon de vaccin est muni d'une pastille de contrôle qui mesure l'exposition cumulative à la chaleur au fil du temps et indique tout stockage incorrect.

La campagne veillera notamment à la livraison constante de vaccins dans toutes les régions du pays et, en priorité, dans la région où l'infection a été signalée. Les zones touchées par le conflit en cours dans le pays recevront également leur lot de vaccins. 

Prévenir la propagation internationale de la maladie

L'OMS recommande que tous les États membres, notamment ceux dont les populations se rendent fréquemment dans les pays et régions touchés par la poliomyélite ou sont souvent en contact avec les populations des zones affectées, renforcent la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë et maintiennent un niveau élevé de couverture vaccinale systématique. Tous les voyageurs à destination des régions touchées par la poliomyélite doivent être entièrement vaccinés contre cette maladie.