L’UNICEF et l’OMS prêts à apporter leur soutien à l’organisation immédiate d’une campagne de vaccination antipoliomyélitique en Ukraine

Les agences des Nations Unies craignent qu'un nouveau retard dans la vaccination mette en danger la vie de 1,8 million d'enfants.

Six semaines après la survenue de la flambée épidémique de poliomyélite en Ukraine, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'OMS ont multiplié les appels afin que l'on procède sans tarder à une première tournée de vaccination contre la poliomyélite à l'échelle nationale.

Le ministère ukrainien de la Santé a confirmé deux cas de poliomyélite le 1er septembre 2015. Il s'agit de deux enfants de la région de Transcarpatie dans le sud-ouest du pays. Ces derniers, âgés de 10 mois et de 4 ans, n'avaient d'ailleurs pas été vaccinés contre la maladie.

Si des mesures ne sont pas prises immédiatement, le virus pourrait se propager à toute l'Ukraine, mettant en danger la vie de 1,8 million d'enfants. De nouveaux cas de poliomyélite risquent de se déclarer, à moins que l'on ne mette en place sans attendre une campagne de vaccination à grande échelle pour interrompre la transmission du virus. 

Les lignes directrices internationales à ce sujet stipulent qu'un seul cas de poliomyélite constitue une flambée épidémique. Une intervention doit donc être menée de toute urgence en raison de la rapidité avec laquelle cette maladie peut se propager si tous les enfants ne sont pas entièrement vaccinés. La flambée épidémique et les faibles taux de vaccination en Ukraine mettent en péril la santé et le bien-être des enfants, et menacent le maintien du statut « indemne de poliomyélite » de la Région européenne.

La flambée épidémique peut être rapidement interrompue par la mise en place d'activités nationales de vaccination prévoyant trois tournées d'administration du vaccin antipoliomyélitique oral, conformément aux lignes directrices de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite. L'UNICEF a acheté 3,7 millions de doses de vaccin antipoliomyélitique oral pour l'Ukraine, grâce à un financement du gouvernement canadien. L'OMS a confirmé que les vaccins sont préqualifiés par l'Organisation, d'une innocuité parfaite et prêts à l'emploi.

« Tant que le virus de la poliomyélite continue de circuler en Ukraine, le risque de propagation de la flambée épidémique et de multiplication des cas de paralysie chez les enfants prendra de l'ampleur. Nous exhortons les décideurs et les prestataires de soins de santé d'Ukraine à prendre des mesures immédiates et à vacciner tous les enfants afin de mettre fin sans tarder à la transmission du virus », a déclaré le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe.

C'est la première flambée de poliomyélite rapportée en Ukraine depuis 19 ans, une situation qui met en évidence la vulnérabilité des enfants de ce pays. Ces deux cas soulignent une fois de plus l'importance de garantir une couverture vaccinale totale de la population infantile. 

« Les autorités publiques ont la responsabilité de protéger les enfants contre cette maladie invalidante. Je suis heureuse qu'aujourd'hui, 70 % des mères ukrainiennes soient conscientes des bienfaits de la vaccination pour la protection de leurs enfants. Les tournées de vaccination doivent commencer sans attendre », a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l'UNICEF pour l'Europe centrale et orientale et la communauté des États indépendants.

Les dirigeants politiques ukrainiens doivent prendre la décision de soutenir les interventions de lutte contre la flambée épidémique, et de mettre en œuvre une campagne nationale de vaccination afin de protéger les enfants contre une paralysie évitable et une maladie potentiellement mortelle.

L'UNICEF et l'OMS sont prêts à soutenir la campagne.