Ukraine : un vaccin contre la poliomyélite pour tous les enfants âgés de moins de 10 ans

WHO/Alex Shpigunov

En Ukraine, le troisième cycle de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, qui cible tous les enfants de moins de 10 ans, s’est ouvert le 25 janvier 2016.

L'OMS exhorte les parents ukrainiens à s'assurer que les enfants de moins de 10 ans se voient administrer leur dose de vaccin dans le cadre du troisième cycle de la campagne de vaccination en cours contre la poliomyélite. Du 25 janvier au 5 février 2016, les enfants peuvent être vaccinés contre la poliomyélite dans une clinique locale, à l'école ou au jardin d'enfants. Il s'agit de l'une des mesures que l'Ukraine oppose actuellement à la flambée épidémique de poliomyélite.

« Tant que tous les enfants vulnérables ne seront pas totalement immunisés, la poliomyélite restera une menace pour l'Ukraine », affirme Dennis King, qui supervise la riposte contre la flambée épidémique de poliomyélite en Ukraine pour l'OMS. « En vaccinant tous les enfants de moins de 10 ans durant le cycle final de cette campagne, nous pouvons les protéger à 100 % contre cette maladie invalidante ».

Les enfants de moins de 10 ans devraient être vaccinés. 

Au cours de ce cycle, tous les enfants de moins de 10 ans doivent recevoir une dose de vaccin. Cela leur procurera un degré de protection supplémentaire, à eux en tant qu'individus et à la communauté.

Il est également important que tous les enfants âgés de moins de 6 ans qui ont été vaccinés au cours des deux premiers cycles reviennent pour leur troisième dose. Les doses multiples sont le seul moyen de leur garantir une protection totale contre la poliomyélite.

Une maladie bénigne ne justifie pas de retarder la vaccination contre la poliomyélite.

Les enfants légèrement souffrants (toux, refroidissement et/ou fièvre en dessous de 38,5 °C) doivent être vaccinés contre la poliomyélite.

« A l'heure où une flambée épidémique de poliomyélite frappe l'Ukraine, il est important que les enfants soient totalement immunisés contre cette maladie », continue Dennis King. « Le fait de tousser, d'éternuer ou d'avoir un rhume sans trop de fièvre ne justifie par de retarder la vaccination contre la poliomyélite ».

La seule raison valable de différer la vaccination est une forte fièvre, au-dessus de 38,5 °C. En effet, cela peut atténuer la réaction immunitaire au vaccin, ce qui diminue l'efficacité de ce dernier. Les parents d'enfants présentant une fièvre > 38,5 °C devront consulter un médecin pour déterminer la gravité de l'état de l'enfant et prendre rendez-vous pour le faire vacciner dès qu'il sera en bonne santé.

La grippe saisonnière en Ukraine

Pendant la saison, la grippe peut infecter jusqu'à 20 % de la population ; le pourcentage dépend des types de virus en circulation. Actuellement, la majorité des virus grippaux en circulation en Ukraine sont de type A(H1N1). A(H1N1), qui a provoqué une pandémie de grippe en 2009, est désormais un virus de la grippe humaine saisonnière.

Depuis son apparition, en 2009, A(H1N1) a occasionnellement provoqué des formes graves de maladie chez de jeunes adultes par ailleurs en bonne santé, tandis que le virus A(H3N2) est plus susceptible d'affecter les personnes âgées. L'Ukraine, où le virus A(H1N1) est dominant, peut s'attendre à un nombre limité de cas, mais aussi à une augmentation des cas de maladie grave et de décès chez de jeunes adultes par ailleurs en bonne santé, dont des femmes enceintes.

La flambée épidémique de poliomyélite en Ukraine

Le 1er septembre 2015, le ministre ukrainien de la Santé a annoncé que la poliomyélite était à l'origine de la paralysie observée chez deux enfants, âgés respectivement de 10 mois et de 4 ans. Ces enfants vivent dans la région de Transcarpatie, dans le sud-ouest de l'Ukraine. Jusqu'à présent, aucun autre cas n'a été détecté, mais des millions d'enfants ukrainiens insuffisamment vaccinés sont particulièrement vulnérables.

Le service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO) a apporté le soutien financier nécessaire pour réagir contre cette flambée épidémique. Pour le troisième cycle de la campagne de vaccination, l'UNICEF a procuré 4,5 millions de doses de vaccin antipoliomyélitique.