La rougeole en Ukraine : poursuite des efforts pour mettre fin à la flambée épidémique alors que le nombre total de cas augmente

WHO/Alex Shpigunov

La rougeole continue de se propager en Ukraine, et de nouveaux cas ont été désormais signalés dans l’ensemble des régions du pays, y compris à Kyev. Ces cas sont les derniers d’une épidémie en progression qui, selon des données préliminaires, a touché plus de 3 000 personnes et coûté la vie à 5 enfants et adultes en 2017. Les informations les plus récentes en provenance d’autres pays de la Région européenne de l’OMS pointent également vers une augmentation du nombre de cas. D’importantes flambées de rougeole sévissent notamment en Grèce, en Italie et en Roumanie.

L’OMS et ses partenaires collaborent étroitement avec les autorités sanitaires des pays concernés pour protéger leurs populations de la rougeole et d’autres maladies graves à prévention vaccinale. « Au moins deux fois plus d’enfants ont reçu un vaccin à temps contre la rougeole en 2017 par rapport à 2016 », explique la représentante de l’OMS en Ukraine, le docteur Marthe Everard. « Cette augmentation de la couverture vaccinale systématique représente un grand pas en avant. Cependant, au vu de la propagation continue de la rougeole en Ukraine, il est évident que davantage d’efforts doivent être déployés afin de vacciner tous ceux qui ont été laissés de côté. » L’Ukraine a accusé le plus faible taux de couverture vaccinale de la Région ces dernières années, et compte donc une importante population de personnes sensibles.

Les progrès et les défis de l’Ukraine

Des progrès substantiels ont été réalisés au cours de l’année écoulée en Ukraine, à savoir :

  • la mise en place d’un groupe de travail national pour la rougeole et d’un plan d’intervention pour lutter de toute urgence contre la flambée épidémique ;
  • l’organisation de campagnes de vaccination de rattrapage pour les enfants de la naissance à l’âge de 10 ans ;
  • l’élaboration d’un plan à long terme pour assurer la sécurité de l’approvisionnement en vaccins ;
  • la formation des agents de santé au dépistage et à la notification des cas de rougeole.

Les efforts doivent désormais se poursuivre et même s’amplifier afin de relever tous les défis qui subsistent. Il est essentiel d’accroître la couverture vaccinale dans le cadre d’activités de vaccination supplémentaires, et de vacciner gratuitement les agents de santé ainsi que toutes les personnes contacts des cas de rougeole, quel que soit leur âge. Les ruptures de stock observées localement continuent en outre d’empêcher certains enfants éligibles de recevoir les vaccins dont ils ont besoin. En outre, en raison de la diffusion d’informations erronées à ce sujet, certains agents de santé sont réticents à recommander l’utilisation de vaccins et les parents hésitent parfois à demander la vaccination de leurs enfants.

Les progrès réalisés au niveau régional en vue d’éliminer la rougeole

Les progrès en vue de l’élimination de la rougeole ont été très positifs si l’on tient compte du fait que moins de 6 000 cas de rougeole ont été signalés en 2016 dans l’ensemble de la Région européenne, et que 33 pays sont parvenus à éliminer cette maladie. Or, l’an passé, d’importantes flambées épidémiques de rougeole ont été relevées dans plusieurs pays, ce qui a remis en question la poursuite des avancées accomplies à cet égard. Les chiffres officiels pour 2017 seront disponibles en février 2018.

« Tout enfant ou adulte qui n’a pas été complètement vacciné peut être potentiellement à l’origine de l’établissement et de la propagation de la rougeole. Le travail que nous réalisons en collaboration afin d’honorer notre promesse d’éliminer la rougeole s’avère plus urgent que jamais, et doit être poursuivi », explique Robb Butler, chef de programme, Maladies à prévention vaccinale et vaccination, OMS/Europe.

À propos de la rougeole

La rougeole, une maladie virale hautement contagieuse à prévention vaccinale, est une cause majeure de mortalité infantile dans le monde. L’administration de 2 doses de vaccin contre la rougeole, la procédure normalement appliquée dans tous les programmes nationaux de vaccination de la Région, assure en fait une protection de plus de 99 %. L’élimination de la rougeole nécessite une couverture de 95 % avec les 2 doses du vaccin, ainsi qu’une surveillance de qualité pour le dépistage rapide de tous les cas.