Y aura-t-il assez de professionnels de santé pour répondre aux besoins futurs ?

Public Health England

Selon les tout derniers indicateurs sanitaires essentiels de l'OMS/Europe pour 2015, il se pourrait que les médecins et infirmières ne soient pas assez nombreux dans la Région pour couvrir les besoins de santé futurs d'une population vieillissante, même si leur nombre a augmenté d'environ 10 % au cours de ces dix dernières années. Ce rapport relève également que les médecins d'Europe vieillissent : près d'un médecin sur trois a plus de 55 ans. En outre, les profils de compétences des professionnels de la santé doivent être modifiés : par exemple, il conviendrait d'augmenter la proportion de médecins généralistes par rapport à l'ensemble des médecins.

« Les ressources humaines sont la pierre angulaire du système de santé de n'importe quel pays et la planification, l'organisation et la gestion des personnels de santé exige une collaboration intersectorielle à grande échelle – il s'agit de deux thèmes clés de la politique Santé 2020 », déclare Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe.

Ce rapport, intitulé « Core health indicators in the WHO European Region 2015, special focus: human resources for health » (Indicateurs sanitaires essentiels dans la Région européenne de l'OMS 2015, thème vedette : ressources humaines pour la santé) , est disponible en anglais et en russe, à la fois sous forme imprimée et en ligne. Ce troisième document annuel fait partie d'une série visant à fournir des informations essentielles sur les pays et la Région pour les États membres, afin de faciliter le suivi des tendances et l'évaluation de la politique Santé 2020.

Principaux constats concernant les ressources humaines pour la santé

Voici quelques-uns des constats dignes d'attention dans ce document :

  • Les pénuries de personnels de santé et déséquilibres au sein de cette main d'œuvre sont une importante source de préoccupation dans la Région européenne. Bien que le nombre de médecins et d'infirmières ait augmenté en général d'environ 10 % au cours de ces dix dernières années dans la Région, il est peu probable que cette augmentation sera soutenue et suffisante pour couvrir les besoins de populations vieillissantes. En même temps, le nombre de médecins et d'infirmières disponibles dans les divers pays est inégal : certains pays comptent cinq fois plus de médecins que d'autres. Pour les infirmières, la situation est encore plus préoccupante, étant donné que ces dernières jouent un rôle important dans le domaine des soins aux personnes âgées ; quoi qu'il en soit, les statistiques indiquent que certains pays disposent de 9 fois moins d'infirmières que d'autres. 
  • Afin de renforcer les soins de santé primaires dans la Région, il conviendrait d'augmenter la proportion de médecins généralistes par rapport à l'ensemble des médecins. Toutefois, l'Europe compte un trop grand nombre de spécialistes : le rapport entre spécialistes et généralistes est de 1 pour 3,2 – un ratio resté constant ces dix dernières années.
  • Pour que les soins de santé soient dispensés de manière efficace et efficiente, il faut disposer d'un éventail de compétences adéquat au sein du personnel. Bien que la composition idéale de ce personnel de santé ne fasse l'objet d'aucune norme, le rapport entre infirmières et médecins varie considérablement d'un point à l'autre de la Région, allant d'un ratio de moins d'une infirmière par médecin en Géorgie et en Grèce à 4 à 5 infirmières par médecin en Finlande et en Irlande. 
  • En Europe, la répartition des personnels de santé par âge et par sexe évolue. Les médecins vieillissent : près d'un médecin sur trois est âgé de plus de 55 ans, ce qui représente une augmentation de 6 points de pourcentage au cours de ces sept dernières années. À l'avenir, afin de garantir la présence d'un nombre au moins égal de médecins, il faut que le nombre de diplômés en médecine augmente. Ces dix dernières années, la proportion de femmes médecins a augmenté de 4 points de pourcentage, jusqu'à 52 %. Cela a des répercussions importantes, étant donné que les femmes ont tendance à travailler moins d'heures et ont des carrières un peu plus courtes.

Les informations concernant les ressources humaines pour la santé comprennent des statistiques telles que le nombre de médecins, d'infirmières et de dentistes pour 100 000 habitants, ainsi que le sexe et l'âge des médecins. Le document montre également l'évolution au fil du temps.

Ces données sont recueillies et diffusées dans le cadre de l'Initiative européenne d'information sanitaire, un réseau de l'OMS à membres multiples qui s'emploie à assurer à la population de la Région européenne un meilleur état de santé en améliorant les informations sur lesquelles se fondent les politiques menées. La collecte conjointe de données par le Bureau régional, l'Office statistique des Communautés européennes (EUROSTAT) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) entre dans le cadre de cette initiative.

Les principales statistiques sur la santé

Ce document couvre également une liste plus longue de statistiques essentielles sur la santé, qui fait ressortir les indicateurs de Santé 2020 pour l'état de santé de la population, les facteurs de risque et les ressources des systèmes de santé. Ces statistiques englobent les informations suivantes :

  • Contextes démographiques et socio-économiques, avec des statistiques sur la croissance démographique et les taux de mortalité, ainsi que des informations comme les taux de chômage et le PIB ;
  • Situation sanitaire, avec des données sur la mortalité, qui exposent les causes de décès de la population, et des données sur la morbidité, qui montrent l'incidence de maladies comme le cancer et l'infection par le VIH ;
  • Utilisation des services de santé et dépenses de santé, montrant le taux d'utilisation des services de santé et le montant consacré à la santé, avec deux indicateurs essentiels de Santé 2020 : le pourcentage total du PIB consacré à la santé et les dépenses directes des ménages pour les soins, ces dernières constituant un indice important permettant de savoir si certaines personnes sombrent dans la pauvreté à cause du coût d'un mauvais état de santé ;
  • Facteurs de risque, y compris la prévalence de la consommation d'alcool, du tabagisme et de l'obésité.