Le Rapport sur la santé dans le monde 2013 : la recherche est essentielle à la couverture sanitaire universelle.

L’OMS appelle tous les pays à investir dans la recherche afin de parvenir à une couverture sanitaire universelle adaptée à leurs besoins. Le Rapport sur la santé dans le monde 2013 : la recherche pour la couverture sanitaire universelle est présenté aujourd’hui.

Le Rapport comprend des études de cas dans des domaines spécifiques de la recherche en santé qui nous permettent de mieux comprendre les conditions requises en vue d’atteindre et de maintenir la couverture sanitaire universelle.

Évolution des dépenses de santé publique en raison du vieillissement de la population

L’une des études de cas présentée dans le Rapport examine les activités de recherche menées dans cinq pays européens afin de prédire l’évolution des dépenses de santé publique en raison du vieillissement de la population. La principale conclusion de cette recherche révèle que, contrairement à ce que l’on croit généralement, les projections d’accroissement des dépenses de santé associé au vieillissement sont en fait modestes. D’autres facteurs, notamment les progrès technologiques, ont une plus grande incidence sur les coûts totaux des soins de santé. En outre, un indicateur important des dépenses élevées en soins de santé n’est pas l’âge en soi, mais la proximité avec la mort, les coûts des soins de santé devenant de plus en plus importants lors de la dernière année de la vie.

Le Rapport sur la santé dans le monde 2013 : les messages clés concernant la recherche

  • On ne peut parvenir à la couverture sanitaire universelle, englobant l’accès intégral à des services de qualité pour la promotion de la santé, la prévention, le traitement, la rééducation, les soins palliatifs et la protection contre le risque financier, sans s’appuyer sur les données produites par la recherche. La recherche a le pouvoir de répondre à un large éventail de questions sur les moyens de réaliser la couverture sanitaire universelle, et les réponses qu’elle apporte contribuent à améliorer la santé humaine, le bien-être et le développement.
  • Tous les pays devraient être à la fois producteurs et consommateurs de recherche. Il faudrait mettre à profit la créativité et les compétences des chercheurs pour étayer les travaux de recherche non seulement dans les centres universitaires, mais aussi au niveau des programmes de santé publique, au plus près de l’offre et de la demande de services de santé.
  • La recherche pour la couverture sanitaire universelle a besoin de l’appui des acteurs nationaux et internationaux. Afin d’optimiser l’utilisation de ressources limitées, il faut mettre en place des systèmes permettant d’élaborer des agendas de recherche nationaux, de renforcer les capacités de la recherche et de faire un usage adéquat et efficace des résultats des travaux de recherche.

À propos de la couverture sanitaire universelle

La quête de la couverture sanitaire universelle (afin de garantir à tous l’accès intégral à des services de santé de qualité sans risquer la ruine financière) constitue un mécanisme puissant pour améliorer la santé et le bien-être, et promouvoir le développement humain.

En 2005, tous les États membres de l’OMS ont pris l’engagement de parvenir à la couverture sanitaire universelle, et en 2010, le Rapport sur la santé dans le monde 2010. Le financement des systèmes de santé : le chemin vers une couverture universelle a été publié.

Dans la Région européenne de l’OMS, il existe une synergie entre le concept de la couverture sanitaire universelle et le cadre politique Santé 2020, leurs objectifs communs s’articulant autour des principes de l’équité et des systèmes de santé centrés sur la personne.