La réforme du système de santé grec est au centre des discussions d’une conférence européenne

12 décembre 2013. (De gauche à droite) M. Spyridon-Adonis Georgiadis, ministre grec de la Santé ; le docteur Hans Kluge, directeur de la division des Systèmes de santé et de la santé publique à l’OMS/Europe ; Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe ; et M. Toni Borg, commissaire européen à la santé, lors de la Conférence de haut niveau sur les réformes du secteur de la santé grec qui s’est tenue à Athènes (Grèce) les 12 et 13 décembre 2013.

D’importants partenaires de la communauté internationale et de la Grèce se sont réunis à l’occasion de la Conférence de haut niveau sur les réformes du secteur de la santé grec : améliorer la santé des citoyens, qui s’est tenue à Athènes les 12 et 13 décembre 2013, afin d’examiner les moyens de stimuler le secteur de la santé du pays dans le cadre d’un programme de réformes. De hauts représentants du gouvernement grec et des autorités régionales ont ouvert la conférence. Des experts des secteurs public et privé, du monde universitaire et de la société civile y ont également pris part. Cette conférence était organisée par le ministère grec de la Santé, en collaboration avec l’OMS/Europe.

La conférence marque le début de la mise en œuvre de l’initiative Santé en action, qui a été instaurée en 2012 par le gouvernement grec afin de lutter contre les effets de l’effondrement économique sur la santé et de réformer le système grec de la santé. D’autres réunions périodiques, des ateliers thématiques et un débat public sur le processus de réforme ont été organisés à la suite.

« Nous avons l’intention d’instaurer un système de santé à la fois moderne et durable reposant sur les principes de l’universalité, de l’équité, de la qualité, de la pérennité et de la santé dans toutes les politiques », a déclaré M. Spyridon-Adonis Georgiadis, ministre grec de la Santé. « Nous ne serons pas seuls dans cette longue odyssée, car les organisations internationales et d’autres pays nous aident à moderniser le système de santé grec », a-t-il ajouté.

Les questions prioritaires abordées au sujet des effets de la crise économique ont concerné les moyens de garantir l’accès à des services sanitaires et sociaux de qualité, l’intégration de ces services ainsi que les possibilités d’améliorer les processus et outils de gestion dans le but de renforcer la santé publique. L’événement a également été l’occasion de passer en revue les priorités en matière de santé, que le gouvernement abordera lors de la présidence grecque de l’UE, à compter de janvier 2014.

La conférence a été ouverte par Sa Béatitude Jérôme II, archevêque d’Athènes et de toute la Grèce et primat de l’Église orthodoxe autocéphale de Grèce, qui a exprimé son soutien aux réformes structurelles du système de santé. M. Antonis Samaras, Premier ministre de la République hellénique, a souligné l’importance de mener à bien la réforme des soins de santé primaires en Grèce, qui s’inscrit dans le prolongement de la Déclaration d’Alma-Ata sur les soins de santé primaires. Il a par ailleurs noté avec satisfaction le solide soutien apporté par l’OMS/Europe à cette entreprise, manifesté notamment par la présence à la conférence de Mme Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe.

Parmi les principaux orateurs figuraient Mme Zsuzsanna Jakab, M. Toni Borg, commissaire européen à la santé, et M. Thomas Ilka, secrétaire d’État au ministère fédéral de la Santé allemand. Lors de son exposé sur « le renforcement des systèmes de santé en Europe dans le contexte de la crise financière », Mme Jakab a fait part des enseignements qui ont été tirés dans l’ensemble de la Région européenne et qui s’appliquent à la situation de la Grèce dans le cadre de la politique Santé 2020.

Lors de la seconde journée, le docteur Hans Kluge, directeur de la division des Systèmes de santé et de la santé publique à l’OMS/Europe, a présenté un exposé sur les effets de la crise sur la santé et les systèmes de santé dans le contexte de la couverture sanitaire universelle, les systèmes de santé durables et centrés sur la personne et la gestion du changement.

En juillet 2013, l’OMS/Europe et le ministère grec de la Santé ont signé un accord de contribution en vertu duquel une équipe de l’OMS installée au ministère de la Santé à Athènes soutiendra les actions liées à la réforme structurelle, notamment dans le domaine des soins de santé primaires et de la santé publique, ainsi que l’action horizontale touchant les différents piliers de la réforme.