L’approche systémique aide l’Angleterre à planifier l’avenir des agents de santé et de soins

Une étude innovante a inspiré l’exercice de réflexion mené en Angleterre quant à l’avenir des agents de santé et de soins, et aux compétences nécessaires afin de s’adapter à l’évolution des besoins sanitaires.

Dans le cadre de ce projet, le Centre for Workforce Intelligence, un groupe de réflexion indépendant instauré par le gouvernement du Royaume-Uni et faisant désormais partie du Département de la santé, a défini les aptitudes et les compétences requises pour ces personnels, analysé les rôles et responsabilités des différents agents de santé et de soins, et envisagé 6 scénarios pour l’évolution de la demande à venir.

« Afin de parvenir durablement à la couverture sanitaire universelle, il importe d’assurer la pérennité de personnels de santé qualifiés et adéquats. Cette étude met en lumière une approche visant à déterminer les compétences nécessaires afin que les personnels de santé puissent répondre à l’avenir aux besoins sanitaires des populations », explique James Buchan, conseiller principal en ressources humaines pour la santé à l’OMS/Europe.

Cette étude constitue l’un des nombreux exemples de bonnes pratiques qui seront présentées lors de la Réunion régionale de haut niveau sur la riposte des systèmes de santé face aux maladies non transmissibles (Sitges, Espagne, 16-18 avril 2018) en vue d’inspirer les responsables politiques participant à cet événement.

Augmentation de la demande d’agents de santé et de soins pour prendre en charge les personnes atteintes de maladies non transmissibles

En Angleterre, plus de 15 millions de personnes souffrent de maladies et d’affections chroniques, comme l’hypertension, la dépression, la démence et l’arthrite, et ce chiffre devrait augmenter.

Il ressort de l’analyse perspective que la demande en agents de santé et de soins risque de connaître un accroissement plus de 2 fois supérieur au taux de croissance démographique global. En outre, plus de 80 % de la future hausse de la demande seront dictés par les besoins associés aux affections chroniques et aux maladies non transmissibles.

Cette importante évolution des besoins en matière de santé et de soins est liée aux caractéristiques démographiques à venir, notamment le vieillissement croissant de la population ainsi que le nombre de personnes atteintes d’affections multiples.

La demande en compétences dans le domaine de l’aide et des soins devrait dépasser la demande en compétences spécialisées

Si les résultats de la recherche laissent également entrevoir une hausse de la demande concernant tous les types de compétences, les besoins en certains profils d’agents de santé et de soins seront très différents à l’avenir.

Matt Edwards, chef de la division Analyse perspective et affaires internationales au ministère britannique de la Santé, a codirigé les activités de recherche et a en outre expliqué que « la demande en compétences dans le domaine des soins et de l’aide n’exigeant généralement pas un niveau élevé d’autorisation ou de formation (comme dans le cas des aides-soignants, des infirmiers en début d’activité ou auxiliaires, du personnel de soutien et des aides ménagères) dépassera de loin la demande en qualifications supérieures, comme celles des professionnels en soins médicaux et dentaires ».

De telles observations ont permis au système anglais de santé et de soins de se faire une meilleure idée des compétences qui s’avéreront nécessaires en 2035 et de planifier en conséquence.

Un investissement accru, de nouveaux rôles et davantage de places de formation

Le système anglais de santé et de soins, dirigé par le Département de la santé, s’est notamment inspiré de cette étude et d’autres données probantes pour élaborer de nouvelles politiques relatives aux personnels de santé. Par exemple, l’Angleterre s’est engagée à investir 1,3 milliard de livres sterling dans le but de développer le personnel spécialisé en santé mentale et ce, afin de traiter 1 million de patients supplémentaires d’ici 2020 et de dispenser des services 24h/24, 7j/7.

Le pays envisage également de créer de nouveaux profils (infirmiers auxiliaires et médecins associés) en vue de prodiguer des soins de qualité aux patients. En outre, le gouvernement a l’intention d’offrir davantage de places dans les programmes de formation des infirmiers, des sages-femmes et des professionnels paramédicaux, et d’élargir le programme de premier cycle afin d’augmenter les effectifs médicaux formés localement de 25 %.

Donner l’exemple à l’échelle mondiale

L’étude du Centre for Workforce Intelligence a inspiré d’autres études similaires sur les personnels de santé.

Certaines méthodes utilisées par l’équipe de recherche ont été appliquées à l’étude réalisée en Europe sur les compétences dans le cadre de l’Action conjointe de l’Union européenne relative à la planification et à la prévision des besoins en personnels de santé. L’OMS et l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) ont également adopté plusieurs éléments de l’exercice de planification des effectifs pour susciter une réflexion à plus long terme sur l’avenir des personnels de santé dans les Amériques.