Serbie : améliorer les soins palliatifs en rendant les médicaments analgésiques plus accessibles

WHO

D’éminents experts nationaux et internationaux sur les opiacés, les soins palliatifs et la réduction des risques se sont réunis le 3 octobre 2013 à Belgrade (Serbie) pour identifier les entraves à l’accès aux substances réglementées en Serbie et examiner les mesures permettant d’y remédier. L’OMS/Europe a organisé le symposium, en coopération avec l’équipe des conférences de « Help the Hospices », une organisation caritative britannique, dans le cadre du projet ATOME (Accès aux opiacés en Europe) de la Commission européenne. Le symposium a été accueilli par l’Institut serbe de santé publique « Dr Milan Jovanovic Batut ».

La législation et l’offre restreinte parmi les obstacles les plus importants

Les obstacles recensés dans la législation serbe ont souvent trait à la prescription des médicaments, aux sanctions et à la formulation des réglementations. Un tiers seulement des opiacés nécessaires pour assurer un traitement adéquat en Serbie est en fait disponible.

Solutions recommandées

Les groupes de travail instaurés au cours du symposium se sont penchés sur la législation et la prise en charge de la douleur dans le cadre des soins palliatifs, et ont proposé plusieurs améliorations.

  • Les restrictions relatives à la quantité totale des opiacés prescrits ne doivent plus figurer dans les politiques actuelles, comme dans le cas de la morphine où la limite supérieure est pour l’instant fixée à 200 mg seulement.
  • La période de validité pour la prescription des opiacés doit passer à 30 jours.
  • La gravité et l’intensité de la douleur doivent constituer des facteurs déterminants pour la prescription des opiacés, plutôt que les indications ou le diagnostic.
  • La reformulation de la législation en vigueur permettra aux médecins de prescrire plus d’un opiacé à la fois, par exemple une combinaison de médicaments à libération lente et immédiate.
  • Il importe de prévoir un éventail beaucoup plus large d’opiacés disponibles, la distribution continue et un meilleur stockage dans les pharmacies, en particulier dans les zones rurales.
  • Les politiques actuelles doivent être révisées afin de parvenir à une définition adéquate des soins palliatifs administrés aux enfants, et la stratégie sur les soins palliatifs doit inclure les pharmacies.
  • Les politiques relatives aux caisses nationales d’assurance maladie doivent être modifiées afin de prendre en compte la couverture des services de soins palliatifs.

Projet ATOME

Le projet ATOME vise à améliorer l’accès aux opiacés de tous les patients nécessitant un tel traitement. Il présentera des rapports sur l’accès dans l’ensemble des 12 pays participants lors d’une conférence prévue en septembre 2014.