La mobilité des professionnels de santé au centre des préoccupations européennes

Ces dernières années, le recrutement international et l'expatriation des médecins, des infirmiers et d'autres agents de santé ont constitué un phénomène croissant du paysage sanitaire mondial.

Lors d'un discours prononcé à l'occasion du Dialogue politique sous-régional sur la mobilité des professionnels de santé en Europe centrale et orientale organisé, hier, à Budapest (Hongrie), Hans Kluge, directeur de la Division des systèmes de santé et de la santé publique à l’OMS/Europe, a souligné l'importance, pour l'Union européenne (UE) et la Région européenne de l'OMS dans son ensemble, du Code de pratique mondial de l’OMS pour le recrutement international des personnels de santé.

Hans Kluge a aussi mis en exergue la nécessité de renforcer ou de créer des systèmes d’information relative aux personnels de santé, et notamment aux mouvements migratoires, afin de collecter et d’analyser ces données, et de les traduire en politiques et plans efficaces en la matière.

Un projet de recherche financé par la Commission européenne sur la mobilité des professionnels de santé dans l'UE (PROMeTHEUS), et lancé en 2009, s'efforce d'améliorer la somme d'informations à ce sujet. L'Observatoire européen des systèmes et politiques de santé a publié les premières conclusions de ce projet aujourd'hui. Si jusqu'à présent les flux migratoires n'ont en général augmenté que modérément dans les 17 pays de l'UE étudiés dans le cadre du projet, certains pays ont néanmoins connu des changements plus importants.

Les chiffres de 2008 indiquent que plus de 10 % des médecins en Autriche, en Belgique, en Espagne, en Irlande, en Norvège, au Portugal, au Royaume-Uni (jusqu'à 37 %), en Slovénie, en Suède et en Suisse sont originaires d'un autre pays, tandis que plus de 10 % du personnel infirmier en Autriche, en Irlande (jusqu'à 47 %), en Italie et au Royaume-Uni proviennent aussi de l'étranger.

Le Dialogue politique sous-régional sur la mobilité des professionnels de santé en Europe centrale et orientale est l'une d'une série de manifestations organisées par le gouvernement hongrois, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l'Union européenne.