Les citoyens et les patients doivent participer aux services de santé

Prenant la parole lors de la réunion européenne des médecins-hygiénistes en chef, organisée à Varsovie (Pologne) les 6 et 7 octobre 2011, le professeur José Maria Martin-Moreno, directeur de la Gestion des programmes à l’OMS/Europe, a plaidé en faveur de l’abandon du contrôle de la santé publique exercé du sommet vers la base au profit d’un modèle suscitant la participation des citoyens et des patients aux services de santé, en raison du rôle joué par les facteurs de risque comportementaux dans l’apparition des maladies non transmissibles.

Au cours de la réunion, les médecins-hygiénistes en chef ont analysé et échangé leurs données d’expérience sur les questions de santé et de santé publique prenant une place importante dans les activités quotidiennes des médecins européens.

« Les maladies non transmissibles représentent aujourd’hui plus de 85 % de la charge de morbidité dans la Région européenne de l’OMS, et nous disposons de preuves irréfutables à ce sujet. Étant donné l’importance des facteurs de risque comportementaux pour l’étiologie des maladies, les citoyens et les patients doivent participer aux services de santé », a déclaré le professeur Moreno. Il a également insisté sur l’importance du leadership des ministères de la Santé s’agissant d’approcher d’autres secteurs et de garantir l’intégration des services de santé publique dans le système de soins de santé. Les professionnels de soins de santé primaires et spécialisés ont un rôle fondamental à jouer en matière d’éducation des citoyens, de prévention des maladies, de promotion des modes de vie sains, de suivi de la situation sanitaire et de fourniture d’informations sanitaires à la population.

Au cours de la réunion, les progrès accomplis récemment par la Pologne dans la mise en place d’un système moderne et efficace de services médicaux d’urgence ont été expliqués aux participants. Le docteur Paulina Miskiewicz, chef du bureau de pays de l’OMS en Pologne, s’est attardée sur la collaboration entre l’OMS/Europe et le ministère de la Santé en matière de préparation et d’intervention des hôpitaux lors de situations de crise, de gestion des situations d’urgence et de préparation en cas de rassemblements de masse.

Depuis le 1er juillet 2011, la Pologne assure la présidence du Conseil de l’Union européenne, et organise de nombreuses réunions officielles et informelles. Ses deux grandes priorités dans le domaine de la santé publique sont les suivantes :

  • combler l’écart de santé dans les sociétés européennes ;
  • prévenir les affections cérébrales et les maladies neurodégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer.