Dixième anniversaire du Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est

Predrag Milašinović

Participants au Forum. Photo : Predrag Milašinović

Le 13 octobre 2011, première journée du Troisième Forum des ministres de la Santé pour les États membres du Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est, les participants ont reconnu l’étroite collaboration qui s’est développée au cours de ces dix dernières années.

Lors de la séance d’ouverture, Sredoje Nović, ministre des Affaires civiles de Bosnie-Herzégovine, Rusmir Mesihović, ministre fédéral de la Santé, Ranko Škrbić, ministre de la Santé et de la Protection sociale de la Republika Srpska, Željko Komšić, président de la présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine, Milorad Dodik, président de la Republika Srpska, et Hidajet Biščević, secrétaire général du Conseil de coopération régionale du Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est, ont expliqué comment neuf pays (dix désormais après l’adhésion d’Israël) se sont regroupés afin d’œuvrer ensemble sur le plan technique et politique à l’amélioration de la santé dans la région. Le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est a non seulement joué un rôle de chef de file et apporté une vision à cet égard, mais il a aussi été instrumental dans l’application concrète des politiques.

Dans son allocution, Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, a décrit le Réseau de la manière suivante : « une initiative multinationale et salutaire au départ, et une institution pour l’avenir qui motive le développement des systèmes de santé et de la santé publique de ses États membres grâce à la coopération régionale et à l’échange de connaissances et de pratiques, au renforcement de capacités communes, à l’élaboration de visions et d’un dialogue partagés, et à la confiance et au soutien mutuels ».

Les représentants d’organisations partenaires, dont la Commission européenne, l’Organisation internationale pour les migrations, le Conseil de l’Europe et la Banque de développement du Conseil de l’Europe, ont exprimé leur appui continu au Réseau. Des délégués de chaque pays membre ont pris la parole, et mis en évidence leur engagement envers les activités en cours, tout en faisant part de leurs perspectives pour l’avenir. Les pays ont convenu que le Réseau possédait en fait suffisamment de compétences et de responsabilités mutuelles pour relever les défis et promouvoir la santé. Parmi les principaux points soulevés par les pays, il convient de mentionner les suivants :

  • la nécessité de coordonner la collecte de fonds afin de s’assurer que le Réseau puisse réaliser ses plans malgré la crise financière ;
  • l’importance de la collaboration intersectorielle, bien que celle-ci soit difficile et prenne du temps ;
  • l’aide que le Réseau peut apporter aux pays désireux d’adhérer à l’Union européenne ;
  • le maintien, par le Réseau, de la santé et du bien-être comme priorités politiques ;
  • la possibilité, pour le Réseau, de servir d’intermédiaire pour adapter Santé 2020 du niveau régional au niveau national ;
  • la fonction du Réseau s’agissant de faciliter l’échange d’exemples de bonnes pratiques dans l’intégration de la santé dans toutes les politiques ;
  • l’importance de faire état des activités en cours ;
  • la nécessité de réaliser des activités de recherche fondées sur des bases factuelles.

Les débats ont ensuite porté sur l’intégration de la santé dans toutes les politiques et sur les déterminants sociaux de la santé et les inégalités. Un expert de l’OMS/Europe a prononcé un discours-programme sur les inégalités en santé persistant dans la Région européenne de l’OMS et dans la sous-région d’Europe du Sud-Est. Il a mis en exergue trois niveaux progressifs de l’intégration de la santé dans toutes les politiques, à savoir : la coopération avec d’autres secteurs pour la santé, la coordination des politiques au niveau intersectoriel et, finalement, l’intégration des politiques afin de maximiser l’impact positif sur la santé.

La journée s’est achevée par une cérémonie de remise de récompenses qui a permis de connaître la contribution précieuse de chaque pays au Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est. Ces dix dernières années ont été marquées par la naissance du Réseau qui s’est d’abord transformé en un vilain petit canard pour finalement devenir un cygne majestueux, pour faire référence au célèbre conte de H. C. Andersen.