Signature de l’Engagement de Banja Luka

Predrag Milašinović

Les ministres et les partenaires signent le texte de l’Engagement. Photo : Predrag Milašinović

Le Troisième Forum des ministres de la Santé, organisé à Banja Luka (Bosnie-Herzégovine) les 13 et 14 octobre 2011, s’est conclu par la signature de l’Engagement de Banja Luka. Ce document sans pareil dans la Région européenne de l’OMS établit un plan de cinq ans visant l’intégration de la santé dans toutes les politiques et la collaboration intersectorielle afin d’agir sur les déterminants sociaux et économiques de la santé et de réduire les maladies non transmissibles. 

Les représentants signataires ont ainsi souligné leur détermination à cet égard. L’un d’entre eux a estimé que le document constitue « une étape historique dans la reconnaissance de l’effort continu et concerté visant à renforcer la coopération régionale en matière de santé publique. Il réaffirme les importants progrès accomplis par le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est, et témoigne clairement de l’intention des pays de la région de renforcer les liens entre la santé et les autres politiques. »

Un autre représentant a déclaré que « la santé est de plus en plus considérée comme un indicateur du bien-être et du développement économique durable, une autre raison particulièrement valable pour soutenir cet Engagement. L’instauration des centres régionaux de développement de la santé est un bon résultat en soi, et doit être poursuivie. »

Représentant la présidence du Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est, Ranko Skrbic, ministre de la Santé et de la Protection sociale de la Republika Srpska, a ajouté en guise de conclusion que « l’équité et la santé dans toutes les politiques sont nos objectifs ultimes ».

Les dix pays membres du Réseau, à savoir l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, l’ex-République yougoslave de Macédoine, Israël, le Monténégro, la République de Moldova, la Roumanie et la Serbie, ont convenu :

  • de maintenir et de renforcer la coopération régionale dans le domaine de la santé publique en Europe du Sud-Est ;
  • d’œuvrer en faveur de l’équité et de la responsabilité en santé ;
  • de renforcer les capacités et services de santé publique en vue de combattre et de prévenir les maladies non transmissibles.

En particulier, ils se sont engagés à atteindre l’objectif visant l’intégration de la santé dans toutes les politiques : la santé et l’équité en santé doivent être prises en compte dans l’ensemble des décisions relatives aux politiques et aux investissements, tant au niveau local qu’au niveau national.

Le Forum a célébré une décennie remarquable de coopération régionale dans le domaine de la santé publique en Europe du Sud-Est, qui a donné lieu non seulement au développement de compétences productives et à l’échange de savoir-faire, mais aussi à la création de 9 centres régionaux de développement de la santé, de 10 centres pilotes de santé mentale au niveau local et d’1 réseau régional de 60 institutions œuvrant en santé publique.

Dans l’Engagement de Banja Luka, il est demandé aux gouvernements nationaux de la Région européenne de l’OMS et aux organisations partenaires d’aider le Réseau à atteindre ses objectifs élargis. Il conclut de la manière suivante : « Nous sommes convaincus que la combinaison de nos efforts aux niveaux national, régional (Europe du Sud-Est) et européen suscitera des changements qui permettront une amélioration significative de la santé et du bien-être de tous nos citoyens. »

Les premier et deuxième Forums des ministres de la Santé, organisés respectivement en 2001 et 2005, ont abouti aux engagements de Dubrovnik et de Skopje.

Nécessité d’une collaboration intersectorielle dans la lutte contre les maladies non transmissibles

Les participants au Forum ont examiné la charge des maladies non transmissibles en Europe du Sud-Est, ainsi que l’incidence des initiatives prises en 2011 à cet égard, notamment l’adoption de la Déclaration de Moscou, du Plan d’action pour la mise en œuvre de la Stratégie européenne contre les maladies non transmissibles (prévention et lutte) 2012-2016 et de la déclaration politique de la réunion de haut niveau des Nations Unies.

Les maladies non transmissibles, telles que les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le cancer, le diabète et les maladies respiratoires chroniques, sont la principale cause de morbidité et de mortalité en Europe du Sud-Est. L’expérience à ce sujet varie de part et d’autre de la région : certains pays se prévalent d’un excellent bilan en matière de lutte contre les maladies cardiovasculaires et le cancer du col de l’utérus, par exemple, tandis que d’autres sont encore au stade d’élaboration d’une intervention organisée. Le Forum a examiné les bases factuelles témoignant de l’impact rapide que peuvent exercer les interventions de santé publique ; à titre d’exemple, certaines maladies liées au tabagisme peuvent être réduites en l’espace de un à deux ans après la prise de mesures entraînant la majoration du prix des produits du tabac et interdisant de fumer dans les lieux publics. Les possibilités de coopération régionale sont vastes dans ces domaines, et un nouveau centre régional de développement est actuellement mis en place au Monténégro afin de faciliter ces initiatives.

Le Forum a également reconnu que la coopération efficace entre le secteur de la santé et d’autres secteurs est essentielle pour réduire la charge des maladies non transmissibles. Lors de sa présentation d’une étude sur l’expérience acquise par le Réseau dans ce domaine, Andrei Usatii, ministre de la Santé de la République de Moldova, a déclaré que « la santé publique doit intervenir dans toutes les activités des populations, qu’elles soient sociales, environnementales ou autres. Elle ne peut se limiter uniquement aux actions des praticiens de la santé. Par conséquent, des solutions sociétales et environnementales, ainsi que médicales, doivent être utilisées pour réduire les problèmes de santé publique. La collaboration intersectorielle et l’action pour la santé sont fondamentales pour prévenir et combattre efficacement les maladies non transmissibles. »

Le Forum

Le Forum est un organisme unique instauré dans le contexte du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, suite à l’effondrement économique et aux conflits qui ont déchiré la région dans les années 1990. Lors de ces dix dernières années, les ministères de la Santé de ses pays membres ont travaillé étroitement ensemble et avec l’OMS/Europe dans le cadre d’efforts de coopération régionale sur la santé publique, désormais appuyés par le Conseil de coopération régionale.