Le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est ouvre ses portes

Predrag Milašinović

Signature de l’accord par les ministres : de droite à gauche, le docteur Ane-Zvonimir Golem (Croatie) ; Sredoje Novic (Bosnie-Herzégovine) et Albert Gajo (Albanie). Photo : Predrag Milašinović

Les ministres de la Santé d’Europe du Sud-Est étendent leur influence

« C’est un moment historique qui témoigne de notre vitalité », a déclaré le ministre de la Santé d’un des neuf États membres du Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est suite à la décision de permettre à des pays situés au-delà des limites historiques et géographiques de la région d’adhérer pleinement au Réseau. Israël sera d’ailleurs le premier de ces pays. Les ministres participant au Troisième Forum des ministres de la Santé, organisé à Banja Luka (Bosnie-Herzégovine), ont accueilli Israël dans le Réseau.

Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, a affirmé que l’adhésion d’Israël est en fait bénéfique pour tous : le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est pourra largement s’inspirer de l’excellent système israélien de santé publique, et ce pays profitera du bon travail effectué par le Réseau.

Les États membres ont signé l’amendement au protocole d’accord permettant l’élargissement du Réseau à la veille du Forum, qui a débuté le jeudi 13 octobre 2011. À l’ordre du jour, il convient de mentionner l’examen de dossiers tels que la santé dans toutes les politiques et la collaboration intersectorielle en faveur de la santé publique.

Le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est a été créé spécifiquement en 2001 pour les pays de la région, dans le but de contribuer à la paix et à la stabilité en mettant en exergue la santé publique. Les neuf membres d’origine, à savoir l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, l’ex-République yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la République de Moldova, la Roumanie et la Serbie, ont étroitement collaboré dans le domaine de la santé. En 2005, ils se sont concentrés sur le développement économique d’un point de vue de la santé publique. Les donateurs sont devenus des partenaires, et la collaboration a permis la constitution d’un réseau solide regroupant plus de 300 experts à tous les niveaux, 60 institutions œuvrant dans le domaine de la santé publique, 6 centres régionaux de développement de la santé (portant sur des thèmes spécifiques tels que les maladies non transmissibles et la résistance aux antibiotiques) et 10 centres pilotes de santé mentale de proximité.

L’adhésion du nouveau membre a été accueillie par la présidence du Réseau : Sredoije Novic, ministre des Affaires civiles de Bosnie-Herzégovine ; le professeur Rusmir Mesihovic, ministre fédéral de la Santé de Bosnie-Herzégovine ; le professeur Ranko Skrbic, ministre de la Santé et des Affaires sociales de la Republika Srpska ; et Admir Candic, représentant des autorités locales de Brcko, en Bosnie-Herzégovine.

Le professeur Alex Leventhal (Israël) a déclaré que son pays acceptera les engagements pris en faveur de la santé publique lors de la dernière décennie, d’ailleurs réitérés lors du Forum, et sera un membre actif du Réseau. Cette adhésion facilitera un échange mutuel de données d’expérience, auquel Israël accorde une très grande importance. Les contributions personnelles et professionnelles entre la région et le système de santé israélien sont en effet nombreuses et ne datent pas d’hier. Il a remercié vivement les ministres et le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est à cette occasion.