Sure Start investit dans la petite enfance

WHO/Malin Bring

L'investissement dans la petite enfance est le meilleur moyen de s'assurer que chacun puisse exprimer son plein potentiel de développement. Pourtant, la pauvreté peut semer d'embûches un chemin par ailleurs facile vers la santé.

La pauvreté ne se résume pas à la somme d'argent qui figure sur un compte en banque : c'est aussi un mode de vie précaire. Une simple dépense non planifiée peut provoquer l'effondrement d'un budget déjà serré, comme une chute de dominos.

« Je crois que le plus gros problème, si vous êtes un père ou une mère pauvre, est que si quelque chose tourne mal, vous êtes fichu, estime Naomi Eisenstadt, ex-directrice de Sure Start au Royaume-Uni. Par exemple, si votre lave-linge tombe en panne, vous n'avez pas la somme supplémentaire nécessaire pour le faire réparer. »

Sure Start

Les centres Sure Start pour les enfants sont très appréciés en Angleterre. Ils offrent un soutien à toutes les familles, quel que soit leur milieu, pour aider les enfants de moins de quatre ans à prendre un bon départ dans la vie. En donnant aux parents des conseils sur l'éducation des enfants, l'emploi, les prestations sociales et la santé – sous la forme d'un guichet unique situé dans leur voisinage – ces centres permettent aux familles de recevoir l'appui dont elles ont besoin. Les familles du quartier participent à la conception et au lancement du programme local, pour qu'il soit adapté à leurs besoins spécifiques. Les centres proposent une gamme d'activités variables en fonction des besoins et des ressources locales.

Les programmes s'adressant à des familles difficiles à atteindre sont renforcés, car c'est auprès de ces dernières que les meilleurs résultats peuvent être obtenus.

« Je suis profondément convaincue qu'il faut se concentrer sur les 30 % d'enfants les plus pauvres et tenter d'infléchir la courbe, » assure Naomi Eisenstadt. « C'est auprès d'eux que nous pouvons vraiment faire la différence. »

Combattre la stigmatisation

Les services quotidiens, tels que l'enregistrement des naissances et/ou les services obstétricaux, sont fournis dans ces centres, afin que les parents s'habituent à s'y rendre pour diverses raisons avant la naissance de leur enfant. Cela évite que les familles ne se sentent stigmatisées lorsqu'elles y ont recours, et les aide à comprendre que ces centres s'adressent à tous. Lorsque quelqu'un rend visite à un centre, personne ne sait pour quelle raison il s'y trouve.

Histoire de Sure Start

Les centres Sure Start étaient à l'origine situés uniquement dans les quartiers les plus défavorisés d'Angleterre et offraient un accès libre à tous leurs services. En raison de leur popularité et pour aider également les familles privilégiées, le gouvernement a généralisé les centres au reste du pays.

Stratégie de l'OMS pour la santé des enfants et des adolescents

L'objectif énoncé dans le document « Investir dans l'enfance : la stratégie européenne pour la santé des enfants et des adolescents 2015–2020 » est qu'  en 2020, tous les États membres se soient assurés que les  enfants ont accès à des systèmes sanitaires, éducatifs et sociaux universels et de grande qualité, et cela, dès leurs premières années, y compris la petite enfance.

L'encadrement du développement dans la petite enfance est l'un des grands axes de la nouvelle stratégie de l'OMS. Mais comment les États membres peuvent-ils la traduire au mieux en programmes qui fonctionnent dans la vie quotidienne ?

Sure Start n'est pas un exemple de programme applicable dans toutes les situations, mais il est fondé sur une expérience dont tous les pays peuvent tirer profit. En tant que tel, il a été une source d'inspiration pour la nouvelle stratégie de l'OMS.

Sure Start recommande d'encadrer le développement dans la petite enfance

Voici les trois conseils, tirés de l'expérience de Sure Start, que donne Naomi Eisenstadt pour aider les pays à réussir la mise en œuvre des programmes :

  • réunir des informations sur les besoins locaux pour dégager les principaux problèmes d'un quartier ;
  • impliquer la population locale pour comprendre leurs besoins ;
  • collecter des données sur les initiatives réussies, qui tiennent compte des besoins locaux et sont acceptables pour les parents.

Elle souligne également l'importance des compétences du personnel des centres, qui doivent être suffisantes pour pouvoir travailler avec les enfants comme avec les parents, et avec les autres organismes.

Sure Start illustre un mode d'investissement des ressources qui permette l'élaboration de programmes et d'activités fondés sur des informations factuelles et s'adressant à la petite enfance ; les autres pays peuvent utiliser cet exemple pour modeler des approches propres à offrir à tous les enfants un bon départ dans la vie.