L'OMS et l'ECDC recommandent la reprise immédiate du programme de vaccination BCG contre la tuberculose en Roumanie

WHO/Cristiana Salvi

Des membres de la mission examinant des dossiers de vaccination dans le service néonatal de l'hôpital Bucur de Bucarest (Roumanie). Photo : OMS/Cristiana Salvi

Une mission conjointe de l'OMS/Europe et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) en Roumanie a recommandé la reprise immédiate de la vaccination BCG (bacille de Calmette et Guérin) contre la tuberculose dans le pays.

Le 22 novembre, le ministère de la Santé a suspendu temporairement la vaccination BCG par mesure de précaution après l'augmentation des cas signalés de dilatation des ganglions lymphatiques chez les enfants à qui l'on avait administré le vaccin produit par le Statens Serum Institut (SSI) au Danemark.

La reprise du programme de vaccination BCG tiendra compte d'éléments supplémentaires découlant des conclusions de la mission, à savoir notamment :

  • le renforcement du plan de gestion des risques, dont des lignes directrices pour l'administration du vaccin, le suivi et le traitement des effets secondaires ;
  • le renforcement de la surveillance étroite des effets indésirables pour une détection précoce et une intervention rapide et appropriée ;
  • l'élaboration d'un plan de communication pour les agents des soins de santé et le grand public.

Lors de la dernière décennie, la vaccination BCG a permis de diminuer de moitié le nombre de cas de tuberculose chez les enfants de moins de 14 ans en Roumanie. Pour chaque million d'enfants âgés de moins de 5 ans recevant le vaccin BCG, plus de 350 cas graves de tuberculose sont ainsi évités.

À propos de la mission

La mission conjointe OMS/ECDC, effectuée à la demande du ministre de la Santé, est arrivée en Roumanie le 26 novembre. Elle était composée d'experts de la vaccination, de la sécurité, de la tuberculose et de la communication. Elle a permis d'évaluer le profil d'innocuité du vaccin BCG utilisé par l'analyse des effets secondaires observés.

Lors de l'enquête de quatre jours, l'équipe a rencontré les autorités nationales, ainsi que des experts et des professionnels de la santé, et s'est rendue dans les services de néonatalogie et de soins antituberculeux des hôpitaux. Elle a procédé aux analyses suivantes :

  • l'innocuité du vaccin BCG
  • les pratiques d'administration des vaccins
  • la gravité, la fréquence et le traitement des réactions aux vaccins
  • la perception du public concernant le vaccin BCG.

Elle a conclu que la reprise de la vaccination BCG des nourrissons à l'aide de la souche du SSI était à la fois sûre et urgente.

Le vaccin BCG du SSI est utilisé depuis 1931 pour prévenir la tuberculose, et est distribué dans le monde entier. Il fait l'objet d'autorisations de commercialisation dans 46 pays et est préqualifié par l'OMS.

L'OMS/Europe et l'ECDC apporteront un soutien continu, notamment à la révision et à l'application d'un protocole national pour gérer les effets secondaires liés à la vaccination BCG.