Le refus de la vaccination contre la grippe coûte la vie à des milliers de personnes

WHO/Cassandra Butu

Toutes les personnes âgées de plus de 65 ans ou souffrant d’un problème de santé sous-jacent, ainsi que les femmes enceintes et les professionnels de santé devraient se faire vacciner chaque année contre la grippe.

« Chaque année, jusqu'à 500 000 personnes dans le monde meurent en raison des complications liées à la grippe. Environ 10 % des décès surviennent en Europe. Un grand nombre de vies pourraient être épargnées par la prise d'une simple mesure : la vaccination antigrippale », affirme le docteur Caroline Brown, chef du programme de la grippe et des autres pathogènes respiratoires à l'OMS/Europe. « Au moins 30 millions de personnes dans la Région européenne de l'OMS décident annuellement de se faire vacciner contre la grippe. Toutes les personnes âgées de plus de 65 ans ou souffrant d'un problème de santé sous-jacent, ainsi que les femmes enceintes et les professionnels de santé devraient faire ce choix.

Les personnes âgées de plus de 65 ans et celles souffrant de problèmes de santé sous-jacents sont les plus vulnérables

S'il n'est jamais agréable d'attraper la grippe, elle peut être bénigne et disparaître rapidement dans la majorité des cas. Or, la grippe peut parfois provoquer une maladie grave, voire le décès du patient. 

Les plus de 65 ans sont aussi les plus exposés au risque de complications graves dues à la grippe : huit décès sur dix dus à cette maladie concernent cette catégorie d'âge. Ce phénomène s'explique par l'affaiblissement du système immunitaire qui, avec l'âge, devient moins efficace dans la lutte contre les infections, comme la grippe. En outre, chez les personnes souffrant déjà de problèmes cardiaques, de diabète, de maladies chroniques du foie ou des reins ou d'affections pulmonaires, une infection grippale peut aggraver ces maladies et s'avérer mortelle. 

La vaccination constitue le moyen le plus efficace de prévenir la grippe ou les cas d'infection grave

L'OMS/Europe recommande que les seniors de plus de 65 ans et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents se fassent vacciner chaque année contre la grippe. Les vaccins sont sûrs, et les effets secondaires insignifiants, surtout si on les compare au risque beaucoup plus élevé de complications dues à la grippe. 

« Beaucoup trop de seniors de plus de 65 ans et de personnes souffrant de maladies sous-jacentes ne sont pas au courant de l'impact que la grippe peut exercer sur leur santé. Ils ne sont pas vigilants, et ne prennent pas la peine de se faire vacciner. Il ne faut pas croire que la grippe est une maladie bénigne, surtout chez ces populations. En se faisant vacciner, ils peuvent ainsi réduire le risque de complications. Ils doivent le faire chaque année, et pas seulement une fois, car les virus grippaux évoluent. Ici, en Europe, la saison grippale atteint généralement son paroxysme en automne et en hiver. Octobre est donc le meilleur mois pour se faire vacciner », conclut Caroline Brown. 

Les femmes enceintes et les professionnels de santé doivent également se faire vacciner tous les ans contre la grippe

L'OMS recommande également que les femmes enceintes se fassent vacciner contre la grippe, car elles sont plus susceptibles de contracter une maladie grave risquant d'entraîner des conséquences négatives sur le développement fœtal. Qui plus est, la vaccination durant la grossesse peut également protéger le nouveau-né de la grippe lors des premiers mois de son existence.

De même, les agents de santé sont considérés comme un groupe à risque car ils sont exposés à différents types de virus chaque jour, notamment celui de la grippe, et ont donc besoin de protection. 

La campagne de sensibilisation à la grippe de l'OMS dans les pays européens

Cette année, plusieurs pays de la Région européenne concentrent leurs efforts sur les groupes à haut risque. 

  • Croatie : au cours de la saison grippale, le ministère de la Santé et l'OMS organisent des conférences et des tables rondes à l'intention des citoyens et des professionnels de santé à propos de la grippe et de la vaccination antigrippale. Cette année, les médecins de famille ont entrepris de distribuer des dépliants aux personnes de plus de 65 ans et à celles souffrant d'affections sous-jacentes. Ils recommandent également la vaccination dans le cadre d'une campagne médiatique. 
  • Roumanie : l'OMS a produit un petit message télévisé avec l'Association des médecins de famille pour promouvoir la vaccination contre la grippe chez les quatre groupes à risque. 
  • Estonie : le ministère des Affaires sociales, le Conseil de la santé, l'OMS et des professionnels de santé mettent à l'essai un nouveau projet cette année afin d'amener les médecins de famille à cibler les personnes de plus de 65 ans et à leur envoyer des cartes postales leur rappelant l'importance de se faire vacciner. 
  • Pologne : l'Institut national de santé publique a invité des journalistes à un petit déjeuner-causerie pour les informer sur la grippe et la vaccination, et leur expliquer pourquoi certaines personnes sont plus vulnérables que d'autres. 
  • La Lettonie, la Lituanie et la Serbie procèdent à la distribution d'affiches et de dépliants aux centres de santé nationaux et locaux, et à la diffusion de messages clés sur des sites Web spécialisés.