L'adolescence, un âge particulier requérant une approche adaptée

Vidéo sur le comportement des jeunes d’âge scolaire en matière de santé (HBSC), en anglais sous-titré en russe

Dans la Région européenne de l'OMS, l'état de santé et de bien-être de la plupart des adolescents est d'un niveau élevé, mais il existe d'énormes disparités, dues essentiellement à des désavantages d'ordre socio-économique. En veillant à la santé des adolescents grâce aux services de santé scolaires, aux écoles-santé et à d'autres initiatives ciblées – telles que les interventions visant à éduquer à la prévention des accidents de la route ou à l'importance du bien-être mental en plus de la santé physique – on pourrait éviter jusqu'à deux tiers des décès chez les jeunes.

Un âge vulnérable

L'adolescence – une époque de grands changements et de formidables défis – est considérée comme l'une des trois étapes de la vie les plus délicates, avec la grossesse et la petite enfance. Les besoins des adolescents sont souvent négligés, car ceux-ci sont souvent catégorisés avec les jeunes enfants ou avec les adultes.

Les décideurs politiques considèrent souvent les adolescents comme un groupe homogène, faisant fi des différences entre les sexes pour ce qui est de l'exposition aux risques et du vécu face à ces risques. Tout comme les garçons et les filles sont confrontés à des problématiques de santé différentes, ils devraient pouvoir bénéficier de services de santé sur mesure – adaptés à leurs besoins propres et formulés en conséquence – tandis qu'ils évoluent dans cette phase de vie complexe.
En plus d'une obligation légale de protéger la santé et le bien-être des enfants, inscrite dans la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant, la société a une lourde responsabilité morale qui consiste à veiller à ce que les adultes de demain bénéficient du meilleur départ possible aujourd'hui.

Investir dans la santé des adolescents produit non seulement des retombées immédiates (une population adolescente en meilleure santé), mais aussi des bienfaits à long terme (l'instauration d'une société plus productive dans les années à venir). De toute évidence, il y aurait un cercle vertueux reliant une adolescence en bonne santé, des possibilités sur le plan éducatif, un engagement sociétal positif et une participation à l'économie. Point important, l’inverse est également vrai.