Prévenir l’hépatite B et C

En matière de prévention et de traitement de l’hépatite, l’OMS/Europe concentre ses efforts sur les types B et C. Ce sont là les formes d’hépatite les plus répandues dans la Région européenne de l’OMS, où l’on estime que 13,3 millions de personnes vivent avec l’hépatite B, et 15 millions avec l’hépatite C. Plus de 120 000 de ces personnes infectées meurent chaque année de cette maladie. Les deux tiers des habitants de la Région ayant contracté l’hépatite B ou C vivent en Europe orientale ou en Asie centrale.

Hépatite : prévention, diagnostic et traitement

L’hépatite est une infection virale qui attaque le foie. Le virus de l’hépatite est transmis par contact avec le sang ou d’autres liquides organiques d’une personne infectée. Le type B peut se manifester sous la forme d’une maladie aiguë ou chronique. La meilleure mesure à prendre est la vaccination systématique des nouveau-nés et des enfants contre l’hépatite B. La plupart des pays de la Région européenne ont mis en place ce type de vaccination, ce qui, à terme, permettra à des générations futures de vivre sans l’hépatite B.

L’hépatite C peut provoquer une infection aiguë ou chronique dont la gravité est variable, pouvant aller d’une forme bénigne qui dure quelques semaines à une maladie grave qui s’installe à vie. Le virus de l’hépatite C se transmet par le sang, et les modes d’infection les plus fréquents résultent de pratiques d’injection à risque, d’une mauvaise stérilisation du matériel médical dans certains établissements de soins, et de l’absence de dépistage du sang et des produits sanguins.

Il n’existe aucun vaccin contre l’hépatite C, de sorte que la lutte contre cette maladie doit passer par l’amélioration de la prévention, du diagnostic et du traitement. Le meilleur moyen de prévenir l’hépatite C est de comprendre cette maladie et de respecter des pratiques d’injection sûres. Il existe désormais un traitement nouveau et efficace contre l’hépatite C, auquel toutes les personnes qui en ont besoin devraient avoir accès.

Le fardeau de l’hépatite dans le monde et la réaction de l’OMS

L’hépatite virale (le groupe des maladies infectieuses appelées hépatite A, B, C, D et E) affecte près de 500 millions de personnes dans le monde, provoquant près de 1,4 million de décès chaque année. L’hépatite reste largement ignorée ou inconnue.

En 2014, l’OMS et les États membres ont réalisé des progrès considérables dans la lutte contre cette maladie.

  • En mars, les participants à la première réunion mondiale des partenaires contre l’hépatite, organisée par l’OMS, ont lancé un historique « appel à l’action pour intensifier la lutte contre l’hépatite partout dans le monde ».
  • En avril, l’OMS a émis de nouvelles recommandations pour soigner l’hépatite C.
  • En mai, l’Assemblée mondiale de la santé (des délégués de 194 États membres) a adopté une résolution sur l’amélioration de la prévention, du diagnostic et du traitement de l’hépatite virale.

Journée mondiale contre l’hépatite

Chaque année, le 28 juillet, l’OMS et ses partenaires marquent la Journée mondiale contre l’hépatite pour sensibiliser au problème de l’hépatite virale et aux maladies qu’elle provoque et pour mieux les comprendre. En 2014, ils exhortent les responsables politiques, les travailleurs de la santé et la population en général à « réfléchir à nouveau » à ce tueur silencieux.

La date de la Journée mondiale contre l’hépatite a été choisie en l’honneur du professeur Baruch Samuel Blumberg (États-Unis), prix Nobel et découvreur du virus de l’hépatite B, dont c’est la date de naissance.