Flambées épidémiques d’hépatite A dans la Région européenne : les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sont principalement touchés

WHO/Sergey Volkov

Entre juin 2016 et mi-mai 2017, une augmentation inhabituelle des cas d’hépatite A touchant principalement les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes a été notifiée par des pays de faible endémicité dans la Région européenne et celle des Amériques (Chili et États-Unis d’Amérique).

Au 16 mai 1017, dans la Région européenne, 15 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Slovénie et Suède) ont notifié 1 173 cas en lien avec les 3 flambées d’hépatite A distinctes et multipays. La plupart des pays touchés ont systématiquement recommandé le vaccin anti-hépatite A pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Cet événement est particulièrement préoccupant du point de vue de la santé publique du fait de la disponibilité actuelle limitée du vaccin anti-hépatite A dans le monde entier. En outre, plusieurs festivals nationaux et internationaux de fierté de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle ou transgenre (LGBT) auront lieu entre juin et septembre 2017, notamment la World Pride à Madrid (Espagne) entre le 23 juin et le 2 juillet 2017. À cet égard, l’OMS demande aux pays de signaler aux points de contact RSI régionaux de l’OMS toute augmentation inhabituelle du nombre de cas d’hépatite A chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Festival mondial des fiertés LGBT (World Pride) de Madrid

Le festival mondial des fiertés LGBT de Madrid, ou la World Pride, se tiendra entre le 23 juin et le 2 juillet 2017 en Espagne. Jusqu’à 2 millions d’invités internationaux sont attendus à l’événement. Si en Espagne le risque de transmission de l’hépatite A par les aliments et par l’eau est considéré comme faible à modéré, le risque de transmission sexuelle interhumaine de l’hépatite A est quant à lui modéré à élevé.

En Espagne, les cas d’hépatite A notifiés en 2017 sont près de 8 fois plus élevés que le nombre moyen de cas signalés au cours de la même période entre 2012 et 2016. La plupart des cas sont des hommes âgés entre 15 et 45 ans, et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sont le groupe le plus touché.

Des recommandations spécifiques pour les personnes participant à la World Pride figurent ci-après.

  • Avant le festival : les personnes qui participeront au festival doivent avant leur départ se renseigner auprès de prestataires de soins de santé sur la vaccination contre l’hépatite A, le VIH et d’autres mesures de prévention des infections sexuellement transmissibles.
  • Pendant le festival : des mesures préventives doivent être renforcées afin de réduire le risque d’infections sexuelles et/ou d’infections d’origine alimentaire et transmises par l’eau.
  • Après le festival : les participants doivent contacter leur prestataire de soins de santé s’ils présentent des symptômes évocateurs d’une infection par le virus de l’hépatite A ou d’une infection sexuellement transmissible.

Recommandations de l’OMS

  • Les pays de faible endémicité pour l’hépatite A devraient systématiquement proposer la vaccination aux personnes à risque accru de contracter l’hépatite A et de présenter des complications graves suite à l’infection. Parmi les groupes à risque qu’il est recommandé de vacciner figurent notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. La vaccination contre l’hépatite A doit s’inscrire dans le cadre d’un dispositif complet de services visant à prévenir l’hépatite virale et à lutter contre celle-ci, notamment l’éducation sanitaire et les mesures de lutte contre les flambées.
  • Le vaccin anti-hépatite A doit être utilisé de préférence pour la prophylaxie préexposition et postexposition (par exemple en cas de contact rapproché avec des cas aigus d’hépatite A).
  • Les pays pourraient envisager un schéma thérapeutique par dose unique pour la vaccination contre l’hépatite A, en particulier en cas de disponibilité limitée de vaccins.
  • Les messages de santé publique doivent cibler les groupes exposés à un risque accru de contracter l’hépatite A et à de graves complications résultant de l’infection.
  • Les informations doivent comprendre notamment des recommandations en matière de prévention, de vaccination, d’hygiène, de sécurité sanitaire des aliments et de pratiques sexuelles à moindre risque.