Le traitement du VIH comme prévention : entretien sur Twitter (#HIVchat)

Des experts de l'OMS/Europe et de l'European AIDS Treatment Group répondront à vos questions sur l'utilisation stratégique des antirétroviraux, notamment pour prévenir les infections à VIH, lors d'un entretien en direct organisé sur Twitter le mercredi 19 décembre 2012, de 15 à 16 heures (heure de Paris) (de 14 à 15 heures TU/GMT).

Ce chat sera animé par Irina Eramova et Smiljka de Lussigny du programme VIH/sida, maladies sexuellement transmissibles et hépatites virales de l'OMS/Europe, et par Anna Zakowicz de l'European AIDS Treatment Group.

Thèmes abordés

  • Le traitement anti-VIH est efficace. Les preuves que la thérapie antirétrovirale prévient le sida et permet de sauver des vies
  • Le traitement dans le cadre de la prévention. Quels en sont le concept et les principes directeurs ?
  • Quel est l'état de nos connaissances à ce sujet ? Les bases factuelles à l'appui de la notion de traitement comme prévention
  • Qui, quand, où, comment ? Questions d'ordre opérationnel et programmatique

#HIVchat : comment envoyer ses questions

Envoyez vos questions sous la forme de tweets à @WHO_Europe, en utilisant le hashtag #HIVchat.

S'il vous est impossible de participer au chat en direct, vous pourrez toujours poser vos questions aux experts sur notre page Facebook : L’OMS/Europe sur Facebook

Le traitement comme prévention

Le traitement antirétroviral inhibe le virus du VIH et arrête la progression de la maladie. Une importante diminution des taux de mortalité et de souffrance a été constatée quand un puissant traitement antirétroviral est utilisé, notamment lors des stades précoces de la maladie.

La thérapie antirétroviale a aussi été utilisée avec grand succès pour empêcher la transmission du VIH de la femme enceinte à son bébé. L'administration rapide de combinaisons efficaces de ces médicaments chez la mère et l'enfant réduit en effet le risque de transmission à moins de 2 %.

Une étude publiée en 2011 révèle que la transmission hétérosexuelle du VIH peut être diminuée de 96 % si les personnes atteintes du virus reçoivent un traitement précoce.

Le traitement comme prévention est l'expression utilisée pour décrire les méthodes de prévention du VIH qui ont recours au traitement antirétroviral chez les personnes séropositives en vue de réduire le risque de transmission de ce virus, indépendamment de la numération des CD4.

Chez les couples où un seul des partenaires a contracté le virus, l'OMS recommande que la thérapie antirétrovirale soit administrée au partenaire séropositif, quelle que soit la force de son système immunitaire, afin de réduire le risque de transmission du VIH à l'autre partenaire.

Il reste plusieurs questions d'ordre opérationnel et programmatique. Un grand nombre d'entre elles sont d'ailleurs abordées dans la mise à jour programmatique consacrée au traitement antirétroviral comme prévention du VIH et de la tuberculose, publiée en juin 2012 par le Siège de l'OMS. Le chat Twitter portera sur ces problématiques, et offrira une tribune pour répondre aux préoccupations restantes à cet égard dans la communauté.