Épidémie de VIH/sida en Europe : les progrès réalisés en matière de dépistage et de conseil

WHO/James Hammond

Il importe de savoir si l’on est infecté par le VIH pour avoir accès au traitement et aux soins. Le dépistage renforce les efforts de prévention, incite les personnes infectées à éviter de transmettre le virus à autrui et motive les autres à éviter de se faire infecter. Si les méthodes de dépistage rapide et de proximité sont bien acceptées et communément pratiquées dans la partie occidentale de la Région européenne de l’OMS, elles restent un défi dans la partie orientale.

En septembre, l’OMS/Europe fera rapport sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Plan d’action européen en matière de VIH/sida 2012-2015. Préalablement à ce rapport, nous mettrons en lumière tous les mois un domaine spécifique du plan d’action, en commençant par le dépistage du VIH et les services de conseil.

Progrès réalisés en matière de dépistage du VIH et de conseil

Depuis 2011, les services de dépistage du VIH et de conseil sont de plus en plus répandus et accessibles à un coût abordable dans la Région européenne, que ce soit dans les établissements de santé ou dans la communauté. Les normes de qualité et éthiques, toutefois, varient selon les pays. Si au moins 50 millions de personnes dans la Région ont été soumises à un test de dépistage du VIH en 2012, cela ne reflète pas un élargissement de la couverture des groupes de population qui en ont le plus besoin. En effet, le taux de dépistage des populations clés à haut risque d’infection par le VIH ne dépasse pas 53 %, ce qui est bien en deçà de l’objectif européen de 90 % fixé pour 2015. En outre, le nombre de diagnostics précoces n’a guère augmenté depuis 2010 : 50 % des personnes nouvellement diagnostiquées avec le VIH ont été soumises à un dépistage tardif.

L’OMS/Europe aide les États membres à développer l’accès et le recours rapide aux services de dépistage du VIH et de conseil, une attention particulière étant accordée aux besoins des plus vulnérables. Par exemple, l’OMS/Europe a publié une politique-cadre « Scaling up HIV testing and counselling in the WHO European Region » (Amplifier le dépistage du VIH et les services de conseil dans la Région européenne de l’OMS, 2010), a soutenu des initiatives telles que la Semaine européenne du dépistage du VIH de l’Union européenne (2013) et le projet paneuropéen « HIV in Europe » (Le VIH en Europe, 2012-2013), et apporte une assistance technique aux États membres.

Présentation d’un rapport de situation au Comité régional en 2014

En 2011, le Comité régional de l’OMS pour l’Europe a adopté le Plan d’action européen en matière de VIH/sida 2012-2015, et demandé à la directrice régionale de l’OMS pour l’Europe de faire rapport sur la mise en œuvre lors de sa session de 2014. Le rapport présenté au Comité régional fera état des progrès réalisés et des défis qu’il reste à relever.

« Je fais du bénévolat pour le dépistage du VIH et les services de conseil car la santé publique et les droits de l’homme sont pour moi une passion. Je veux aller à la rencontre des gens et les aider. »

– Bénévole de la Fondation danoise contre le sida