Épidémie de VIH/sida en Europe : transmission du VIH par voie sexuelle

WHO/James Hammond

La transmission sexuelle du VIH s’effectue par contact hétérosexuel et homosexuel (entre hommes). Les relations anales ou vaginales non protégées accroissent les risques d’infection au VIH.

Les travailleurs du sexe sont particulièrement vulnérables au VIH/sida, et difficiles à atteindre par les services de dépistage, de prévention, de traitement et de soins. Leurs activités sont souvent stigmatisées, et ils peuvent être exposés à la violence, avec peu de pouvoir de négociation avec les clients quant à l’utilisation de préservatifs.

Progrès accomplis dans la lutte contre la transmission du VIH par voie sexuelle

Entre 2010 et 2012, 15 pays de la Région européenne sont parvenus à réduire la transmission du VIH par voie sexuelle d’au moins 5 %. S’il s’agit là d’une tendance positive, seuls 3 pays sont proches de l’objectif européen d’une réduction de 50 % d’ici 2015. La transmission par voie sexuelle a augmenté en Europe centrale et orientale, et diminué dans la partie occidentale de la Région.

Les modes habituels de transmission sexuelle du VIH varient de part et d’autre de la Région. Si, en Europe orientale, le virus est généralement transmis par les hommes s’injectant des drogues à leurs partenaires féminines, dans la partie occidentale, cette transmission est le fait de rapports sexuels entre hommes ou avec des migrants ressortissant de pays où l’épidémie de VIH est généralisée.

De même, l’utilisation du préservatif varie entre les groupes de population, allant, en 2012, de 42 % chez les usagers de drogues par injection et de 56 % chez les hommes ayant des rapports homosexuels, à 88 % chez les travailleurs du sexe.

Le soutien de l’OMS aux pays européens

L’OMS/Europe aide les pays européens à prévenir la transmission du VIH par voie sexuelle. Ses activités portent essentiellement sur la traduction des recommandations mondiales relatives à la prévention et au traitement de l’infection à VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles, et leur diffusion auprès du public, dont les travailleurs du sexe, les hommes ayant des rapports homosexuels et les personnes transsexuelles.

Présentation d’un rapport de situation au Comité régional en 2014

En 2011, le Comité régional de l’OMS pour l’Europe a adopté le Plan d’action européen en matière de VIH/sida, et demandé à la directrice régionale de l’OMS pour l’Europe de faire rapport sur sa mise en œuvre lors de la session de 2014. Le rapport fera état des progrès réalisés et des défis qu’il reste à relever.